Nouvelles règles


Le Dressage

Docilité

Afin de simuler de dressage d'un animal, on fait intervenir un nouveau compteur: la docilité de l'animal. Celle-ci représente à la fois la limite de ce que l'animal peut accepter de faire, celle de sa compréhension, et sa volonté d'obéir (ou non).

L'animal a donc une docilité de base. Celle-ci évoluera avec le dressage, jusqu'à un maximum (voir encadré). On différencie la docilité un animal nouveau-né et celle d'un adulte pour des raisons évidentes.

Quelques exemples
Base
adulte
Base
nouveau-né
Docilité
maximum
Chien +3 +3 +8
Chat 0 0 +1
Serpent -5 -5 +2
Mainate -1 -1 +2
Faucon -3 -1 +3
Singe -5 -1 +6
Tigre -8 -5 0
Rat -3 0 +1
Cheval -3 0 +5
Écureuil -4 0 +3
Ours -8 -5 +3
Cette table de prendre en compte des éléments aussi divers que les suivants: le chien est d'un naturel docile; le chat n'en fait qu'à sa tête; et le tigre peut être dressé, mais ce sera long et difficile, pour peu de résultats.

Apprivoiser et dresser

Jusqu'au niveau 0, on ne dresse pas vraiment l'animal, on l'apprivoise. Il s'agit principalement d'une présence, où l'animal et le voyageur s'habituent l'un à l'autre et apprennent à se connaître. Le dressage commence au-delà de 0. Il s'agit alors d'apprentissage d'actions spécifiques et de tours particuliers. Il est possible d'apprivoiser un animal en voyageant, mais il est difficile de trouver le temps de le dresser.

Pour chaque période de 7 jours, à raison d'environ 5 heures par jour, le dresseur effectue un jet d'EMPATHIE/Zoologie ajusté négativement par la docilité actuelle de l'animal, et se reporte à la table des points de tâche, qu'il cumule. L'EMPATHIE permet d'apprécier le comportement de l'animal, et de trouver la manière de se faire apprécier par lui. La Zoologie caractérise la capacité du dresseur à s'occuper de l'animal, comprendre ses besoins et ses réactions, etc.

En cas d'échec total, tous les prochains jets sont à -1, jusqu'à ce que la docilité de l'animal augmente d'un point. De plus, l'animal peut réagir violemment: attaque, fuite...

Être obéi

Lorsque le dresseur cherche à obtenir quelque chose de l'animal dressé dans des situations extrêmes (des combats par exemple), jouer VOLONTÉ du dresseur à la docilité actuelle de l'animal modifiée par la difficulté de l'action demandée. Cet ajustement est à la totale discrétion du Gardien des Rêves qui pourra prendre en compte des éléments très divers: l'animal est-il affamé, apeuré, est-ce son dresseur qui lui donne l'ordre ou un de ses amis, ne cherche-t-on pas à aller contre la nature de l'animal (faire nager un chat, empêcher un ours de manger du miel, etc.), cette espèce peut-elle être dressée, et cet individu en particulier?

Si le jet d'ordre est réussi, l'animal accomplit l'action. En cas d'échec, il ne fait rien, ou refuse en le faisant savoir (grognements, cris, ou martèlements). Enfin, en cas d'échec total, la réaction de l'animal peut être violente, craintive, ou autre, au choix du Gardien des Rêves.

Aide de jeu parue dans le Tinkle Bavard n°33


Crédits
Dominique Prévot

Home Liens vers d'autres sites Collection de PNJs Critiques et présentations d'écrits Une imposante collection de sorts Mondes et lieux à visiter Recherche dans le site Liste du matériel paru Présentation du jeu Questions & réponses Règles additionnelles et autres aides de jeu Voyages, aventures, découvertes!