Album de famille


Valdaken

Chevalier de la Zyglute Argentée

"Chers enfants, une histoire je vais vous raconter, dis-je. Une histoire réelle, bien de chez-nous. De Slidney, la capitale de la Claustralie, le protagoniste est originaire. Tout comme nous, une certaine manière de parler il a: aussi étrange que cela puisse paraître, mais à l'envers nous parlons. Je sais de nombreux voyages j'ai fait et ce fait, le remarquer j'ai pu. Maintenant qu'un vieil homme je suis, de voyage je n'ai plus envie et des autres l'histoire je raconte. Quoi? D'arrêter de divaguer je dois et l'histoire je dois commencer? Bon, d'accord. Mais avant, pour dans l'ambiance vous mettre, un peu d'histoire de la Claustralie je vais vous raconter, dis-je".

"Il y a de cela longtemps, au Second Age, prospéraient les habitants de la Claustralie. En accord avec les Clangourous de la forêt et les Groalas des arbres, les humains vivaient. Tous les humains? Non! Un horrible haut-rêvant pratiquant la voie de Thanatos, le Claustrophobe, avait soif de vengeance. Car voyez-vous, jadis, un arbre nommé "Théra'ble" était au milieu de la capitale. Intelligent cet arbre était et de responsable des mariages il faisait office, car de la parole il était doué et de sagesse il faisait preuve. Certaines langues fourchues disent même que le haut-rêve il pratiquait, mais peu importe. Les fruits de cet arbre conférait une grande beauté à ceux qui les mangeaient. Le théra'ble ne donnait ses fruits qu'aux nouveaux mariés, et que d'un seul fruit chaque marié avait droit. Mais pour se marier, le théra'ble devait être d'accord. Un jour que le sorcier venait de trouver fiancée (une horrible groïne), il alla voir le théra'ble pour se marier, ce qui lui permettrait de manger un fruit. Son épouse ferait de même et tous deux une grande beauté recevraient. Mais le théra'ble, qui savait que le Claustrophobe pratiquait pratiquait la voie de Thanatos, refusa de marier le sorcier et la groïne*. Afin de se venger du théra'ble, le Haut-Rêvant fit un grand rituel, dans lequel sa bien-aimée il tua. Son rituel fut nommé "l'Invocation de la Climace". Le sortilège qu'il lança invoqua des millions de Climaces, vous savez, ces espèces d'escargots qui dévorent les arbres. Il appella aussi des groélans, ces oiseaux qui ont des horribles bois de caribous sur la tête. Ces animaux devaient s'opposer au théra'ble: les climaces devaient tuer l'arbre et les groélans voler ses fruits. Une grande guerre se déclancha donc entre le sorcier et les habitants de la Claustralie, qui voulaient défendre le théra'ble. Mais les climaces étaient trop nombreuses. Alors que ces bestioles approchaient de la capitale pour dévorer le théra'ble, ce fut l'Éveil des Zyglutes. Hé oui, les zyglutes, ces autruches à trois pattes, découvrirent que les climaces avait une très grande valeur nutritive et les zyglutes mangèrent toutes les climaces. Les groélans furent abattus, ainsi que le Claustrophobe, par les Zyglutiers, ces nobles ayant une zyglute pour monture. Depuis ce jour, toutes les zyglutes sont considérées comme roi en Claustralie et qu'à chaque année il y a le jour de la Zyglute, la plus grande fête de l'année. Le théra'ble continua de donner beauté aux mariés grâce à ses fruits et la tradition continua donc, dis-je."

"Nous sommes maintenant au Troisième Age. Le théra'ble est toujours vivant, enfin, au moment où l'histoire se déroule, dis-je. Car le protagoniste, nommé Valdaken, l'a tué. Enfin, laissez-moi tout vous raconter. Valdaken était un petit garçon habitant la capitale. Son père était peintre et avait montré comment faire de la peinture à Valdaken, et sa mère était une cuisinière exceptionnelle. Tellement exceptionnelle que Valdaken ne pouvait s'empêcher de dévorer tout ce qu'elle préparait, et son appétit devint sans fin, car il appréciait trop la bonne cuisine. Sa maman dut donc engager des cuisinières adjointes pour satisfaire l'estomac de Valdaken, jusqu'au jour où toute la nourriture de la ville fut mangée par Valdaken. Les habitants se réunirent donc pour trouver un remède à l'appétit de Valdaken, qui était maintenant très obèse et qui mangeait tout le temps. Pendant que tous les habitants étaient occupés à parler de son appétit, Valdaken avait faim, dis-je. Alors à la recherche de nourriture il partit. Passant difficilement dans le cadre de porte, et roulant au lieu de marcher, Valdaken chercha en vain de la nourriture dans la ville. Mais il rencontra en chemin le théra'ble. Et, sans sa permission, ses fruits il mangea. Il avait tellement faim que tous les fruits il mangea, au grand malheur de l'arbre. Mais l'estomac de Valdaken ne s'arrêta pas là: il avait encore faim! Valdaken mangea donc l'arbre au grand complet, ses branches, son écorce, tout!!! Il se transforma donc en petit garçon d'une beauté éblouissante, et son appétit prit fin, soudainement. Il alla donc, en courant, annoncer la nouvelle aux habitants. Quand les habitants, tout surpris, lui demandèrent: "Pourquoi n'as-tu plus faim, pourquoi as-tu perdu tant de poids et est devenu si charmant?", Valdaken leur expliqua qu'il avait mangé non seulement les fruits mais aussi le théra'ble. Ce fut la folie furieuse: Valdaken fut expulsé de Slidney! Jamais il n'aurait le droit de revenir à la ville sans revenir avec les graines de théra'ble. Il partit donc en Ancienne-Guinée, pour chercher des graines de théra'ble, afin de faire pousser un nouvel arbre conférant la beauté. En Ancienne-Guinée, il fit la connaissance d'un chasseur qui lui enseigna comment se battre, car dans ses voyages pour trouver les graines de théra'ble, de combattre sûrement il aurait besoin. Il était très habile à l'arc et à l'équitation de la zyglute. Valdaken rêvait du jour où il reviendrait en Claustralie, avec des graines de théra'ble, car s'il le faisait, il serait nommé grand Zyglutier et aurait droit de porter la "canarde", cette armure de plate avec un casque en forme de tête de zyglute, une armure qu'on ne laisse qu'aux plus grands des héros, dis-je."

"Mais pour l'instant, Valdaken est encore vu comme la réincarnation du Claustrophobe (ce qui est peut-être vrai après tout) car il a mangé le théra'ble. Les Claustralients le maudissent et il est le sujet de proverbes: "Gourmand comme Valdaken", "Méchant comme Valdaken", "Ce gars-là est juste un Valdaken", pour désigner un home d'une grande beauté mais qui est méchant, vilain. Finalement, la plus commune: "Ne te laisse pas tenter par ton diable de Valdaken"."

Et pendant que le vieil homme annonce aux enfants de rentrer, avant "que le Valdaken de sept heure ne les mange", Valdaken continue de chercher au travers des différents rêves un moyen de faire pousser le théra'ble. Il est parti quand il avait treize ans. Il en a maintenant vingt-deux et cherche toujours. "Après tout, il est un véritable cauchemar de dragon", pense le vieil homme, "et j'espère qu'il ne reviendra jamais, dis-je".


Crédits

Etienne Paquet

Personnage joué dans la campagne Rêve de Dragon de Martin Savard
Home Liens vers d'autres sites Collection de PNJs Critiques et présentations d'écrits Une imposante collection de sorts Mondes et lieux à visiter Recherche dans le site Liste du matériel paru Présentation du jeu Questions & réponses Règles additionnelles et autres aides de jeu Voyages, aventures, découvertes!