Venedig

Posté le 26.10.2007

Venedig est le dernier jeu en date de Klaus-Jürgen Wrede, l'auteur de Carcassonne. Bon, maintenant que Essen est passé, ce n'est peut-être plus le dernier, mais c'est récent, d'accord? Le thème du jeu est la construction de Venise. On commence donc sur un plateau représentant un vaste marais, avec des canaux (qui séparent le plateau en quartiers) et quelques constructions éparses. A son tour, chacun va essayer de construire des bâtiments. Pour parvenir à cela, il faut remplir deux conditions essentielles:

 

  • avoir le bon type de cartes et en quantité suffisante (le nombre de cartes nécessaires varie selon le type de bâtiment)
  • avoir de la place pour construire sur le plateau.

Aucune de ces conditions ne sont simples, sachant que l'on n'a jamais beacoup de cartes en main et que, dans l'ordre d'un tour de jeu, le déblayage de place pour construire se fait après la construction. Il faut donc déblayer à l'avance et ne pas se faire occuper le terrain par un adversaire. On voit tout de suite qu'il y a là un certain potentiel de mesquineries, mais il y en a d'autres. On peut jouer des cartes, même si l'on n'en a pas suffisamment pour le type de bâtiment donné. Dès lors, un autre joueur peut participer à la construction de ce bâtiment. Celui qui a joué le plus de cartes (dans la limite du maximum pour le bâtiment) est l'architecte principal et recueille plus de bénéfices que les autres. Mais on peut aussi pourrir la construction de quelqu'un d'autre, en complétant le bâtiment avant qu'il y ait la place pour le construire, auquel cas les cartes sont perdues.

Venedig est un jeu bien sympathique, avec plein de petits mécanismes malins. Par exemple, on est encouragé à déblayer des marais, car chaque pion marais a une valeur en "pièces d'or" variant de 0 à 2. Avec 5 pièces d'or, on peut acheter un point de victoire. Autre exemple, à la fin de son tour, on pioche des cartes. Soit on en pioche une seule, soit on en défausse une pour en piocher trois. Il arrive donc que l'on sacrifie une construction pour garder une carte à échanger en fin de tour.

Le jeu s'est avéré fluide et très équilibré. Au final, les coups mesquins sont assez rares, car on pense souvent plus à son propre intérêt, mais il serait intéressant de voir s'ils deviennent plus fréquents avec l'expérience. De quoi passer un bon moment en tout cas.