Taluva

Posté le 18.09.2007

Taluva a été décrit comme un Carcassonne pour joueurs. Ce n'est pas faux, mais je dirais surtout que c'est un Carcasonne méchant et calculatoire. Voyez plutôt...

Dans Taluva, le terrain de jeu se construit au fur et à mesure, avec des tuiles plus ou moins triangulaires, représentant la forme de trois hexagones. Il n'y a presque aucune contrainte pour la pose des tuiles, il n'est pas nécessaire de respecter une quelconque continuité des divers types de terrains et on peut très bien laisser des trous. Ceci fait qu'il est toujours possible de placer la pièce que l'on vient de tirer. Mais surtout, chaque pièce compte toujours un volcan sur un de ses trois hexagones. Ce volcan peut-être placé par dessus un autre volcan, masquant alors les hexagones qui se trouvent dessous. Cela équivaut à une éruption volcanique et les colonies qui se trouvent dessous sont alors détruites. Les règles d'éruption volcaniques sont plus strictes que celles du placement simple, ce qui permet aux joueurs d'essayer de trouver des placements plus ou moins protégés des éruptions.

Après la pose d'un terrain, il faut encore construire. Dans Taluva, on fonde des colonies grâce à des huttes, puis on les étend avec d'autres huttes, des temples ou des tours. Chaque joueur possède 20 huttes, 3 temples et 2 tours. Chaque type de bâtiment a ses propres conditions de construction.

Le jeu se termine soit quand on arrive au bout des tuiles de terrain, soit dès qu'un joueur a réussi à construire entièrement 2 de ses 3 types de bâtiments. Cette deuxième condition de victoire n'est pas facile à atteindre, mais elle est tentante. Elle comprend toutefois un risque: la construction d'un bâtiment à chaque tour est obligatoire. Si l'on se trouve dans l'impossibilité de construire, on est immédiatement éliminé. Ceci dit, je ne pense que cela arrive fréquemment.

Lorsque l'on arrive au bout des tuiles, le vainqueur est celui qui a construit le plus de temples. En cas d'égalité, c'est celui qui a construit le plus de tours, le cas échéant le plus de huttes (celles détruites dans des éruptions comptent dans ce cas; les autres bâtiments ne peuvent pas être détruits).

Taluva compte donc pas mal de stratégie, mais rien ne sert non plus de tirer des plans sur la comète: si les 3 autres joueurs décident de se liguer contre vous, votre position supposément inviolable a peu de chances de tenir et votre colonie va quand même subir une éruption volcanique. Dans les 2 parties que nous avons faites, Taluva s'est avéré très équilibré, les victoires étant à chaque fois très serrées. Cet équilibre, plus les aspects opportuniste et "destructeur" (très rare dans les jeux allemands), font de Taluva un jeu très agréable et dynamique, et qui renouvelle bien le genre.

Notez qu'il arrive parfois de se détruire soi-même, et que nous avons même découvert le principe, cher à Georges W., d'éruption volcanique préventive :-).