Sobek

Posté le 06.10.2011

De base, on pourrait dire que Sobek est un jeu de familles. Les joueurs essayent d'assembler des lots de matières identiques d'au moins trois cartes. Chaque carte peut porter de un à trois scarabés d'or, selon la valeur de la matière. A la fin d'une manche, on totalise la valeur des lots de chacun, en additionant les scarabés de chaque carte et en les multipliant par le nombre de cartes du lot. Ca peut donc chiffrer assez vite.

Mais Sobek est beaucoup plus que cela. Il y a aussi des cartes de personnages, qui ont des pouvoirs spéciaux, mais peuvent aussi être utilisés comme matières. Les cinq premiers lots posés dans une manche rapportent à leur propriétaire un jeton qui amène aussi une action spéciale. La pioche des cartes en elle-même n'est pas si simple: on pioche parmi 9 cartes exposées, dans un ordre fixe. Si l'on veut sauter une carte, il faut la prendre et la mettre dans sa pile de corruption. A la fin d'une manche, le joueur le plus corrompu perd d'autant plus de points qu'il en a gagnés.

Il y a encore quelques autres petits mécanismes, qui font de Sobek un jeu non seulement très fin, mais aussi relativement méchant, car il est tout à fait possible d'embêter ses adversaires. Autre particularité, Sobek vient avec des petits pions et un petit plateau de jeu, ce qui fait qu'il tient dans une boîte similaire aux jeux de carte. Un éditeur peu scrupuleux aurait facilement pu en faire une grande boîte, avec un plateau de taille classique et beaucoup de vide. Merci à GameWorks d'avoir fait attention à cela, nous fournissant ainsi un des jeux avec le meilleur rapport intérêt/taille, à part l'imbattable Meuterer.

Sobek est un excellent jeu, petit mais pas si léger que ça, abordable mais pas dépourvu de profondeur. Un bel exercice d'équilibrisme, parfaitement réussi.