Small World

Posté le 06.09.2009

Small World est la seconde édition de Vinci, relookée et remaniée. Etant un grand fan de Vinci, j'étais très impatient d'essayer Small World. Ce fut fait lors de la soirée Joca de vendredi dernier.

Qu'est-ce qui a donc changé? Tout d'abord, le thème. Vinci ne présentait que des civilisations abstraites, ici on est dans le médiéval-fantastique pur sucre. Le thème est traité de manière très cliché, ce qui fait que ça passe encore assez bien, car il n'y a pas de prétention à faire quelque chose d'original ou de sérieux. L'apparation d'un thème est, toutefois, liée à un changement fondamental du jeu: dans Vinci, une civilisation était formée de deux pouvoirs, selon toutes les combinaisons possibles. Dans Small World, on a d'un côté des races, qui ont un pouvoir inhérent et invariable, et des pouvoirs. En assemblant une race et un pouvoir, on obtient une civilisation. Il y a donc moins de variété, mais peut-être une plus grande cohérence.

Du point de vue des règles, l'essentiel du jeu est encore là: le déclin. Comme dans Vinci, les races apparaissent, conquièrent, puis déclinent, et la subtilité reste dans l'art de choisir le bon moment pour entrer en déclin. Par contre, de nombreuses petites règles sont passées à la trappe: les montagnes ne donnent plus un bonus à l'attaque quand on en descend (par contre, elles comptent aussi dans les points); une civilisation n'a plus besoin d'assurer sa cohésion; il n'est plus possible d'abandonner une région en la vidant de ses pions au début de son tour; les points de victoire sont comptabilisés en cachette.

Tous ces changements font de Small World un jeu beaucoup moins subtil que Vinci, ce qui le rend plus abordable (c'était d'ailleurs l'objectif affiché de l'auteur). Ceci est clairement un avantage, tout comme le fait que les parties soient plus courtes. Par contre, le jeu, tout en restant plaisant, n'atteint pas les sommets de Vinci. Plutôt qu'un "Vinci 2", on est devant un "Vinci light". En fait, il faudrait avoir les deux dans sa ludothèque, afin de pouvoir proposer l'un ou l'autre selon les personnes avec qui l'on joue, mais je ne le ferai pas, ayant déjà bien assez de jeux sur mes étagères.

Ceux qui découvrent Small World sont certainement très emballés, car ils ont le plaisir de découvrir ce fabuleux mécanisme de déclin, et c'est tant mieux. Pour ma part, je resterai accroché à ma boîte de Vinci, même si je ne refuserai sans doute pas une partie de Small World qui passerait devant mon nez.