Room 25

Posté le 02.09.2015

Room 25 est un jeu collaboratif avec du traître dedans. Les joueurs incarnent des personnages qui doivent s’échapper d’un labyrinthe mortel, pour le plus grand plaisir des téléspectateurs. Or, certains sont des gardiens, qui n’ont pas vraiment les mêmes intentions. Ils sont incognito, bien sûr.

Le plateau de jeu est composé de diverses pièces, disposées en un carré de 5 fois 5, toutes faces cachées au début. Sauf la pièce centrale, point de départ pour tout le monde. Quelque part, dans un coin, se trouve la sortie. Problème: les pièces peuvent (et vont) bouger pendant la partie. Le but du jeu pour les vrais participants est de tous se réunir sur la sortie avant la fin du dixième tour (ou tous sauf un, au dernier tour). Le but pour le ou les gardiens est d’empêcher les autres de sortir ou en tuer un certain nombre avant la fin (les chiffres exacts dépendent du nombre de joueurs).

A chaque tour, un joueur peut effectuer deux actions avec son personnage, parmi quatre possibles: regarder une pièce adjacente, se déplacer vers une pièce adjacente, pousser un autre personnage dans une pièce adjacente et déplacer une rangée de pièces. Les trois premières actions sont simples à comprendre. La quatrième permet de faire glisser soit la rangée, soit la colonne dans laquelle le personnage se trouve. La pièce qui "sort" du carré est remise de l’autre côté. La ligne et la colonne centrales, qui contiennent la pièce de départ, ne peuvent pas bouger.

La complexité supplémentaire provient des pièces. Quelques-unes sont neutres, voire bénéfiques. D’autres, au contraire, sont dangereuses, parfois même mortelles. Les autres sont un mélange d’avantages et d’inconvénients, généralement avec un impact sur le déroulement du jeu. Par exemple, une des pièces est plongée dans le noir. On ne peut donc pas effectuer l’action "regarder" quand on s’y trouve. Une autre bloque toute conversation autour de la table, tant qu’un personnage est dedans, ce qui ne facilite pas la collaboration. Il y a assez de pièces (surtout que des extensions existent) pour que le labyrinthe soit différent à chaque partie.

Ajoutons encore quelques petits éléments, comme un pouvoir particulier à chaque personnage et l’ampoule d’adrénaline, qui permet de faire une troisième action, une fois dans la partie, et voilà l’essentiel du jeu (il y a encore des règles spécifiques qui s’appliquent aux gardiens, lorsque que ceux-ci se sont révélés).

J’ai eu beaucoup de plaisir à jouer à Room 25. Pourtant, je ne suis pas un grand fan des jeux collaboratifs/coopératifs à la base. J’ai aimé l’ambiance qui s’en dégage, de même que l’extrême simplicité des règles. La variété des pièces est aussi un atout. A refaire.