Rattus

Posté le 25.06.2014

De passage dans l'antre de feu le Dragon Radieux, j'ai pu découvrir Rattus, un jeu pas nouveau, mais très sympa. Rattus se situe pendant la terrible Peste Noire qui ravagea l'Europe au XIVe siècle. Les joueurs doivent tenter de développer leur population, tandis que les rats partent en vadrouille et propagent la maladie.

Le plateau de jeu représente l'Europe divisée grosso modo en pays. Dans chacun d'eux, on place un marqueur d'épidémie pour commencer. A son tour, un joueur choisir une région et y place autant de cubes de population qu'il y a de marqueurs d'épidémie. Ensuite, la maladie, représentée par un pion, se propage, à savoir que le joueur déplace le pion dans une région voisine. L'épidémie s'étend à partir de là: on ajoute des marqueurs dans les régions voisines. Dans la région où se trouve le pion, on évalue les dégâts de la peste.

Les joueurs peuvent aussi bénéficier de personnages aux capacités spéciales. A son tour, un joueur peut prendre, dans la réserve ou chez un autre joueur, un personnage et appliquer ses avantages (placer un cube de population de plus, déplacer la peste de deux régions, etc.). Ces personnages sont bien pratique, mais il faut parfois en payer le prix. En effet, quand on évalue les dégâts de la peste, certains personnages vont être ciblés en particulier par les marqueurs d'épidémie (qui se trouvent face cachée sur le plateau). Pour chaque personnage ciblé qu'un joueur possède, il perd une population de plus.

Le jeu s'arrête lorsque tous les marqueurs d'épidémie ont été placés ou lorsqu'un joueur a réussi à poser tous ses cubes de population sur le plateau (ce qui ne doit pas arriver souvent à mon avis). On évalue alors les dégâts dans toutes les régions où il reste des marqueurs d'épidémie. Le vainqueur est celui qui possède le plus de population sur le plateau.

Rattus est un jeu assez simple. Les cartes lui donnent une certaine finesse, voire permettent de vrais coups tordus (comme la sorcière, qui peut regarder deux marqueurs d'épidémie et les échanger ou pas). De plus, il est amusant de voir un jeu avec un thème politiquement peu correct (qui n'est pas sans rappeler Nuclear War, avec des règles plus abouties quand même; 20 ans de jeux allemands sont passés par là).