Orléans

Posté le 22.08.2015

Orléans est un jeu de gestion dans lequel le but est de devenir le marchand le plus riche de la région, en développant son domaine. Pas la peine de s’y attacher trop, ce n’est qu’un prétexte. Heureusement, la mécanique sous-jacente est originale. On lui pardonnera donc l’absence totale de rapport avec la ville d’Orléans.

Orléans utilise un principe appelé "bag-building", qui dérive du "deck-building": au cours du jeu, les joueurs vont accumuler des ouvriers (terme générique recouvrant diverses spécialisations allant du paysan à l’érudit, en passant par le moine, le soldat ou le batelier) qu’ils vont placer dans un sac. A chaque tour, on commence par piocher un certain nombre d’ouvriers du sac. Il y a donc une part de hasard et c’est là que le "bag-building" intervient: il faut essayer d’optimiser le contenu de son sac afin de ne pas trop subir les aléas de la pioche.

Un tour de jeu commence par la révélation d’un événement, qui va affecter tout le monde à la fin du tour. On a donc un peu de temps pour se préparer. Ensuite, chacun pioche des ouvriers de son sac, selon sa capacité, et les répartit sur les différents lieux à sa disposition (chacun a le même lot de lieux de base). Chaque lieu permet d’effectuer une action différente, par exemple, augmenter sa force militaire et prendre un ouvrier "soldat", augmenter ses connaissances scientifiques et prendre un ouvrir "érudit", ou encore se déplacer sur la carte (qui représente la région d’Orléans) pour collecter des marchandises ou construire des guildes dans les villes).

Quand chacun a placé tous ses ouvriers, on commence à résoudre les actions qui en découlent. Le premier joueur effectue une première action, puis le suivante, etc. On continue ainsi à tourner autour de la table, jusqu’à ce que tout le monde ait passé. Les ouvriers utilisés retournent dans le sac. Il y a dans cette phase une dynamique subtile. Tout d’abord de timing: dans quel ordre faire ses propres actions par rapport à celles choisies par les autres joueurs? Certaines actions permettent de temporiser. Il est aussi possible de laisser des ouvriers pour le prochain tour, non seulement pour qu’ils soient déjà à disposition, mais aussi pour optimiser le contenu de son sac.

Le calcul des points victoire implique la fortune accumulée, les marchandises collectées, l’avancée des connaissances scientifiques, les guildes construites et les citoyens récupérés (les citoyens sont une sorte d’objectif intermédiaire; il y en a plusieurs à récolter, généralement pour le premier joueur à atteindre un seuil donné dans un certain domaine).

Orléans est un jeu très intéressant, au mécanisme subtil. J’avoue m’être un peu perdu dans la première partie, ce qui me donne très envie d’y rejouer. Chaque joueur se développe certes seul, mais il faut veiller aux interactions lors de la résolution des actions. Le mécanisme de "bag-building" fonctionne très bien.