Les Bâtisseurs - Moyen Âge

Posté le 17.03.2014

Les Bâtisseurs est un jeu qui a fait un gros buzz dans le paysage ludique français grâce au soutien actif qu'il a reçu du site TricTrac, une première du genre.

Il s'agit d'un jeu de gestion très simple. Les joueurs doivent construire des bâtiments qui rapportent des points de victoire, plus d'autres avantages, généralement de l'argent, mais aussi de l'aide à la construction d'autres bâtiments. Pour réaliser un bâtiment, il faut accumuler un certain nombre des quatre ressources existantes (pierre, bois, outils et tuiles). Plus le bâtiment rapporte de points de victoire, plus il faut de matériaux pour le réaliser.

Les matériaux sont fournis par les ouvriers. Chaque ouvrier apporte de deux à cinq matériaux, répartis entre les quatre ressources existantes. Plus un ouvrier apporte de matériaux, plus son salaire est élevé.

A chaque tour, un joueur peut effectuer trois actions parmi celles possibles: piocher une carte bâtiment pour démarrer un nouveau chantier, piocher une carte ouvrier et l'ajouter à sa main, payer le salaire d'un ouvrier pour le faire travailler sur un chantier. On peut aussi effectuer moins d'action pour récupérer un peu d'argent.

Quand les divers ouvriers qui travaillent sur un bâtiment ont apporté tous les matériaux nécessaires à réaliser ce dernier, le bâtiment est construit. Son heureux propriétaire encaisse l'argent et les points de victoire correspondants. Dès qu'un joueur atteint ou dépasse 17 points de victoire, on finit le tour de table. Le vainqueur est celui qui dispose du plus grand nombre de points.

A quelques subtilités mineures près, ceci représente l'ensemble de la mécanique des Bâtisseurs. Ce jeu est donc vraiment indiqué pour initier des personnes aux jeux de gestion. Les principes fondamentaux sont là (des choses à construire avec des ressources, des actions à faire, des choses à payer, des gains divers) portés par des règles vraiment simples. Les joueurs habitués, par contre, risque de vite trouver ce jeu répétitif, d'autant plus que l'aspect stratégique en est totalement absent.