La Guerre des Moutons

Posté le 30.08.2008

Avant de partir en vacances (ce qui date déjà un peu), nous avons cherché dans ma ludothèque des jeux à essayer avec La Hija. La plupart des plus abordables sont pour dès 8 ans, et il faudra donc attendre encore un peu, mais pas tant que ça. Par contre, nous sommes retombés sur la Guerre des Moutons, qui prenait la poussière depuis bien longtemps, et qui s'est avéré être dès 7 ans (pour ceux qui ont de la peine à suivre, La Hija a 6 ans et demi à l'heure où nous mettons sous presse). Nous y avons donc pas mal joué pendant les vacances et ce fut une très heureuse (re)découverte.

La Guerre des Moutons est un jeu du même genre que Carcasonne et, pour le plus grand malheur de son auteur, il est paru la même année. Il a donc été complètement éclipsé. Pourtant, il contient des mécanismes malins, dont certains apparaissent dans des variantes de Carcassonne. Par exemple, chaque joueur a toujours 4 tuiles en main et peut donc réguler un peu le hasard de la pioche grâce à cela. Mais il y a aussi des différences importantes: dans la Guerre des Moutons, les tuiles représentent des enclos contenant des moutons de différentes couleurs. Chaque couleur appartient à l'un des joueurs, mais cette information est secrète. Il y a donc une bonne partie de bluff, alors que chacun essaye de créer le plus grand enclos possible de sa couleur, mais sans trop éveiller l'attention des autres joueurs, qui pourrait lui pourrir son coup avec un loup.

Autre notion intéressante, la possibilité de gagner un bonus en fin de partie si l'on se retire prématurément, parce que l'on pense que l'on ne peut pas améliorer son score. Ou encore, quand on place une tuile, on n'en pioche pas forcément une seule autre, mais un nombre égal aux nombres d'autres tuiles adjacentes. Cela fait de la Guerre des Moutons un jeu passablement différent de Carcassonne et franchement plus subtil. Nous n'avons pas appliqué toutes les finesses avec La Hija, mais elle a bien compris le jeu. Quant à moi, je l'ai retrouvé avec plaisir et le ressortirai sans doute beaucoup plus souvent à l'avenir.