Isle of Skye

Posté le 26.08.2016

Isle of Skye, d'Alexander Pfister et Andreas Pelikan, a beaucoup fait parler de lui ces derniers temps, jusqu'à gagner le Spiel des Jahres, catégories "Connaisseurs" (ne vous attendez quand même pas à du trop lourd, le Spiel reste léger, quelle que soit la catégorie).

Isle of Skye est un jeu de placement de tuiles, à la Carcassonne, donc. Toutefois, contrairement à son glorieux ancêtre, les tuiles ne sont pas ici piochées au hasard, mais mises aux enchères par chaque joueur. Cette première phase de chaque tour est particulièrement intéressante. En effet, chacun pioche trois tuiles et les pose devant soi. Ensuite, chacun choisit en secret quelle tuile partira à la défausse et à quel prix il veut vendre les autres. Sachant que la mise pour chaque tuile doit être avancée avec son propre argent, dont il faut aussi garder un peu pour pouvoir faire des achats.

C'est donc l'occasion de réflexions parfois tendues. Car il faut essayer de jauger de l'intérêt de chaque tuile, pour les autres et pour soi-même (on ne peut jamais être sûr de garder une tuile, même en fixant un prix exorbitant; il y aura peut-être toujours quelqu'un pour le payer). L'intérêt des tuiles dépend des objectifs du jeu, un autre point fort d'Isle of Skye. A chaque partie, quatre objectifs sont tirés au hasard (parmi seize possibles). Ils indiquent quels genres d'éléments rapporteront des points dans cette partie: ce peut être les fermes, les moutons, les zones complétées, les plans d'eau avec phare et bateau, etc. La variété est grande et chaque partie est ainsi très différente. Ce d'autant plus que ces objectifs comptent chacun plusieurs fois au cours de la partie, mais cela varie en fonction des tours. Jouer des parties avec les mêmes objectifs, mais dans un autre ordre, débouche déjà sur des sensations différentes.

Après la phase des enchères, où chacun peut acheter une et une seule tuile chez un autre joueur, chacun place la tuile achetée et les tuiles qui lui restent pour agrandir son propre territoire (on ne joue pas dans un territoire commun).

Isle of Skye propose un vrai renouvellement à chaque partie, avec un déroulement assez différent selon les objectifs et leur ordre d'évaluation. Tout le monde joue en même temps (à part les enchères qui se déroulent par tour de table), ce qui rend le jeu plutôt rapide (une petite heure). S'il est difficile de ne pas penser à Carcassonne, les deux jeux n'ont vraiment rien à voir au final, à part la construction d'un paysage. Isle of Skye est une vraie réussite, avec des règles simples pour un grand plaisir de jeu. Il a accroché aussi La Hija et La Mujer, ce qui n'est pas courant.