Enermen

Posté le 29.08.2013

Enermen est un jeu à but pédagogique sur les sources d'énergie, leur exploitation et les impacts environnementaux que cela engendre. Il a été développé par Bruno Cathala pour le compte de l'association Terrawatt (qui semble avoir perdu son site web), avec le soutien de la Ville de Genève et d'une très fumeuse Alcoa Foundation (rien de tel que le greenwashing).

J'ai tendance à être très méfiant avec les jeux de ce genre, mais avec Bruno aux commandes j'étais quand même curieux. Et les bonnes surprises existent, comme l'a déjà montré Kimaloé (qui bénéficiait, lui, de la patte de Sébastien Pauchon).

Enermen est un jeu de pose de cartes, chacun essayant de bâtir un réseau énergétique complet, c'est-à-dire avec une source d'énergie (renouvelable ou pas), un ou plusieurs processus de transformation (des capteurs solaires, par exemple) et des applications utilisant l'énergie sous ses différentes formes (ainsi, on trouve le chauffage, qui utilise l'énergie thermique ou électrique, ou la cuisson, qui utilise l'énergie électrique ou l'énergie de combustion directe).

A son tour de jeu, un joueur peut poser autant de cartes qu'il le souhaite, de tout type, du moment qu'il respecte certaines règles de pose (par exemple, connecter les processus de transformations aux sources correspondantes). Plus on pose de cartes, plus on gagne de points. De plus, vider sa main est une des manières d'arrêter la partie. Par contre, à chaque pose, il faut évaluer l'impact écologique, qui risque d'être d'autant plus élevé que l'on a posé de cartes dans le même tour. Si un joueur dépasse le total acceptable d'impact écologique (qui est un cumul des impacts de tous les joueurs), la partie s'arrête (faute de planète vivable) et le coupable tombe à zéro points de victoire.

Il y a encore quelques autres finesses, notamment les cartes "Nature" et "Action" (qui peuvent être très méchantes), mais l'essentiel est là.

Enermen est un bon petit jeu. Il tourne bien et vite, ce qui est souhaitable pour un outil pédagogique. J'ai trouvé qu'il remplissait très bien sa mission, La Hija a appris des choses (malgré la sensibilisation accrue à laquelle elle est soumise par son père ;-) ). Et le jeu est plaisant en soi, hors de ses objectifs éducatifs. Le seul reproche que je lui ferais est d'utiliser des cubes en bois de format microscopique (4mm de côté), très durs à manipuler. Quelle idée bizarre, il y a pourtant de la place dans la boîte.