Chang Cheng

Posté le 22.02.2009

Chang Cheng est un jeu de majorité, avec suffisant d'éléments originaux pour se distinguer de la masse. Dans ce jeu, chacun incarne un architecte travaillant à la construction de la grande muraille (ce qui se dit apparemment "Chang Cheng" en chinois, d'où son nom). Le plateau de jeu représente une section de la grande muraille, divisant le territoire en deux. D'un côté, se trouvent les provinces chinois, à protéger, de l'autre côté, les provinces mongoles, d'où proviennent les hordes à repousser.

Petit à petit, les joueurs vont placer des éléments de muraille le long du tracé figurant sur le plateau, pour protéger les gentilles provinces chinoises des sauvages mongols. Le joueur qui a placé le plus d'éléments le long d'une province donnée en devient le joueur majoritaire, que ce soit une province chinoise ou mongole. Les chinoises font gagner des points, les mongoles en font perdre. Le truc qui fait tout le sel du jeu est que ces provinces sont en quinconce, donc une majorité du côté chinois ne l'est pas forcément du côté mongol, et récriproquement. C'est donc là que tout se joue: essayer d'obtenir autant de majorités que possible dans des provinces chinoises, en évitant au maximum d'en avoir dans les provinces mongoles.

Ce subtil ajustement est compliqué par la présence de cartes actions. Chaque joueur dispose des 6 mêmes cartes, qu'il peut placer dans des provinces chinoises. Ces cartes sont révélées lorsque la province est comptabilisée (c'est-à-dire quand elle est entièrement défendue par la grande muraille) et peuvent changer l'équilibre des forces. Contrairement aux provinces chinoises, les mongoles ne sont évaluées qu'en fin de partie. Certaines cartes peuvent avoir changé les éléments de muraille entre-temps et les majorités peuvent avoir basculer.

Cela introduit une certaine dose de chaos et fait de Chang Cheng un jeu plus tactique que stratégique. Il y a pas mal d'opportunisme et des petits coups d'enfoirés à jouer. Il ne faut pas sous-estimer la force des mongols, un joueur ayant beaucoup de majorités côté mongol peut très bien passer de la première à la dernière place (expérience faite :-) ). Chang Cheng est un jeu assez rapide et fluide, original et agréable, avec des concepts bien à lui qui le distinguent dans le créneau des jeux de majorité.