Betrayal at House on the Hill

Posté le 28.12.2006

Après World of Warcraft the Boardgame, voici un autre jeu de plateau pseudo-rolistique. Ici, chaque joueur incarne un personnage qui se retrouve prisonnier dans une maison hantée. Tout est orienté vers les clichés. Parmi les personnages, on trouve le gros costaud, la petite fille avec son nounours, le prêtre, le garçon des rues débrouillard, et j'en passe. Les personnages vont explorer la maison, en découvrant les pièces au fur et à mesure. Là encore, aucun cliché n'est épargné. Chaque fois qu'une nouvelle pièce est explorée, il est possible que quelque chose survienne: un événement, la découverte d'un ou plusieurs objets ou, surtout, un présage.

Les présages sont particulièrement importants, puisque leur accumulation favorise le déclenchement de la malédiction. A chaque nouveau présage, un jet de dé est effectué. Plus il y a de présages, plus ce jet est difficile. Dès qu'il échoue, la malédiction se révèle: un personnage est désigné comme traître. Il agit alors contre les autres personnages, selon des objectifs fixés par un des 50 scénarios disponibles. De même, les héros reçoivent de nouveau objectifs leur permettant d'essayer de se sortir du pétrin.

Betrayal... n'est pas un jeu qui se prend au sérieux. C'est une parodie des films d'horreur (de série Z ou pas), avec quelques mécaniques amusantes, comme la découverte des pièces, qui fait que la maison se bâtit peu à peu et n'est jamais deux fois pareille. Il est toutefois bien long pour un jeu aussi léger, avec des parties durant entre une heure et demie et deux heures. Il m'a aussi paru très vite répétitif, puisque j'ai commencé à m'ennuyer dès le milieu de la première partie. Qui plus est, il semble très difficile de gagner avec le traître.

Bref, je n'ai pas aimé ce jeu. Ce doit d'ailleurs être un genre auquel je ne suis pas sensible, car j'ai aussi beaucoup de peine avec Zombies ou Munchkin. Là encore, ce sont des jeux parodiques au système relativement peu intéressant et dont les parties sont beaucoup trop longues pour ce que c'est.