Agricola, deuxième essai

Posté le 12.07.2012

En novembre 2008, je faisais une première critique, quelque peu mitigée d'Agricola. J'y annonçais mon intention d'en refaire une partie pour parfaire mon avis. Il aura fallu presque quatre ans, preuve qu'il n'est pas facile de sortir ce jeu lors d'une soirée. Pourant, il mérite bien mieux que cela.

Suivant un conseil que je ne trouve, rétrospectivement, pas si avisé que ça, j'avais fait cette première partie sans les cartes d'aménagements mineurs, ni de savoir-faire. Ce ne fut pas le cas de cette seconde partie.

Je ne vais pas vous refaire l'explication du jeu. Il reste cette phase de choix des actions bien pensée, qui met les joueurs face à des choix parfois douloureux, phase qui reste pourtant étonamment fluide, car chacun sait généralement ce qu'il veut (si vous jouez à Agricola avec le genre hésitant, prévoyez une minuterie). Chacun développer sa ferme de son côté, mais l'interaction n'est pas totalement absente pour autant. Lors du choix des actions, mieux vaut essayer de penser à ce qui peut intéresser aussi ses adversaires, faute de se faire souffler ce dont on a le plus besoin.

Les cartes amènent un vrai plus et c'est une erreur de s'en passer. La version soi-disant familiale, qui ne les utilise pas, est un leurre, à mon avis: trop compliquée pour la "famille" de toute façon, et pas assez intéressante pour les joueurs aguerris. Par contre, je recommande vivement d'utiliser la variante "draft" qui permet d'équilibrer le hasard de la pioche et favorise les combos, ce qui donne alors vraiment toute son amplitude à l'utilisation des cartes, et permet à Agricola de sortir du simple cadre de l'optimisation des champs et des pâturages.

Je suis donc très content d'avoir enfin rejoué à Agricola, c'est un excellent jeu, pas loin de la perfection dans son genre.