Takenoko

Posté le 03.05.2012

Takenoko est une des premières créations d'Antoine Bauza, qui n'a finalement trouvé preneur qu'après le succès de 7 Wonders. Dans ce jeu, chacun s'occupe à développer le jardin de l'Empereur de Chine, avec l'aide du jardinier et malgré la gloutonnerie du panda. Le plateau de jeu est composé de grosses tuiles hexagonales, qui s'ajoutent au fur et à mesure. Au début, il n'y en a qu'une, le lac central avec sa pagode.

Les joueurs ont tous des objectifs à atteindre, chacun rapportant des points de victoire, plus ou moins selon la complexité de l'objectif. Il en existe trois types. Les objectifs liés aux terrains requièrent d'obtenir un certain arrangement de tuiles sur le plateau de jeu, sachant qu'il y a trois couleurs de tuile différentes (et, partant, trois couleurs de bambou). Les deuxièmes ont trait aux bambous: il s'agit d'obtenir un ou plusieurs bambous d'une certaine hauteur, dans une certaine couleur, parfois avec une condition supplémentaire. Les deniers sont liés au panda, qui doit réussir à manger une certaine combinaison de bambous. Le jeu s'arrête quand un joueur a rempli sept objectifs, mais c'est celui qui a marqué le plus de points qui gagne.

A son tour, chaque joueur peut faire deux actions (différentes) parmi les cinq possibles: agrandir le jardin (c'est-à-dire ajouter une tuile), déplacer le jardinier (ce qui fait pousser les bambous, si la tuile est irriguée), déplacer le panda (qui mange des bambous), étendre l'irrigation du jardin et piocher une carte objectif de plus. Le tour commence par un lancer de dé, qui introduit un bonus variable: ce peut être le droit de faire deux fois la même action, bénéficier d'une action supplémentaire, etc. La variété d'actions étant limitée et les objectifs clairs, les tours sont généralement rapides et le jeu fluide.

Takenoko est un jeu plutôt familial aux mécanismes plaisants, mais qui reste quand même assez léger. Le matériel est joli, avec des petits bouts de bois colorés encastrables pour représenter les bambous qui poussent et deux figurines peintes, pour le jardinier et le panda. Toutefois, je n'ai pas croché. Le hasard m'a pas mal dérangé, car, selon les règles de base, tout objectif pioché qui est déjà réalisé compte immédiatement, ce qui donne une très grande importance au facteur chance. En mode avancé, ces objectifs sont ignorés, au risque (peut-être, je n'ai pas essayé) que la partie devienne trop longue, ce qui ne me paraît pas souhaitable pour un jeu aussi léger. Sans doute à réessayer à l'occasion pour affiner mon opinion.