Ni d'Eve, ni d'Adam

Posté le 13.08.2010

Après Stupeur et tremblements et la Métaphysique des tubes, Ni d'Eve, di d'Adam est la troisième volet de l'autobiographie "japonaise" d'Amélie Nothomb. L'histoire se situe juste avant celle qui est narrée dans Stupeur et tremblements. Avant de travailler dans une grosse boîte japonaise, Amélie Nothomb a donnée des cours particuliers de français à un Japonais, relation qui a évolué en bien plus que cela.

Ce n'est pas le genre de livre qui se laisse facilement résumer, car il est fait de plein de petites touches de quotidien, entrecoupées d'épisodes épico-mystiques. Ni d'Eve, ni d'Adam m'a encore plus emballé que les opus précédents. J'ai l'impression que le style d'Amélie Nothomb a encore gagné en clarté et force. La puissance évocatrice de certains chapitres est proprement sidérante. Je ne connais pas beaucoup d'auteurs qui vivent des trips mystiques et qui arrivent à vous les faire, si ce n'est partager, du moins appréhender. Je suis totalement conquis par le style d'Amélie Nothomb, j'ai été transporté par la lecture de ce livre, ma propre expérience japonaise n'étant sans doute pas totalement étrangère à cet emballement.

Cela me donne envie de tenter à nouveau un de ces romans, mais j'avais été très refroidi par L'hygiène de l'assassin. On verra. En attendant, je digère encore avec plaisir ce bijou éclatant.