La Horde du Contrevent

Posté le 10.05.2012

Voilà un livre que j'ai acheté un peu par hasard, sur la foi d'une mise en avant dans une librairie et d'une construction qui m'intriguait. En effet, le livre raconte l'histoire de 23 personnages qui s'expriment à tour de rôle (certains ne s'exprimant que peu, voire pas). Chaque narrateur est identifié par un symbole, un marque-pages étant fourni avec une liste de tous les protagonistes et leurs symboles. De plus, la numérotation est inversée: on commence à la page 700 pour aller vers la 1. Evidemment, tout ces artifices ne sont pas une garantie d'un bon livre, mais ma curiosité était éveillée, surtout que j'avais des souvenirs flous d'avoir lu une bonne critique.

L'histoire se déroule dans un monde où le vent souffle en permanence, parfois doux, mais plus souvent fort, d'autres fois encore avec furie. Ce phénomène météorologique est, logiquement, au coeur des préoccupations des élites, qui organisent des groupes de gens censés remonter à l'origine du vent. Ce sont les Hordes et nous en sommes à la trente-quatrième, partie de l'Extrême-Aval il y a déjà plus de vingt ans. L'Extrême-Amont, origine supposée du vent est encore loin. Le principe de base de la Horde est de faire le voyage à pied, pour vivre le vent et ainsi le comprendre, pour découvrir les formes de vent au-delà des six répertoriées (les aérudits en postulent neuf). Ce périple est épuisant, car le vent est souvent assez fort pour arrêter toute progression, voire la faire reculer. La Horde avance à contre-vent.

"Ce qui comptait désormais semblait être le combien, pas le comment. Combien: la vitesse atteinte, la distance parcourue, les records de trajet. Et pas comment: le courage physique, la finesse de contre, l'invention d'une Trace."
Pietro Della Rocca, à propos du progrès technologique

Chaque membre de la Horde a une spécialité, du traceur qui ouvre la voie, aux crocs qui portent les plus grosses charges. La plupart ont été entraînés, dans des conditions épouvantables, dès leur plus tendre enfance. La Horde est leur vie, l'Extrême-Amont leur objectif. La Horde du Contrevent, au-delà d'une simple aventure, est aussi une histoire d'obsession, un roman qui questionne le sens de la vie, les motivations qui nous font avancer et les doutes qui nous freinent.

L'histoire commence alors que la Horde affronte un furvent, le genre de tempête le plus violent que l'on connaisse. Je me suis fait accrocher dès ce premier chapitre, palpitant. Le livre ne m'a pas lâché (et réciproquement ;-) ). Pour chipoter, on peut dire que les 50 à 100 dernières pages sont un peu longuettes. On peut aussi reprocher à la fin d'être sans surprise. D'un autre côté, elle est tout à fait logique. Et que le voyage pour y arriver est beau! Le style d'Alain Damasio est impeccable. Pour les personnages principaux, il arrive à changer de style de telle sorte que l'on n'a plus besoin de regarder les symboles pour savoir qui s'exprime. Un vrai tour de force, sans oublier encore le dialecte inventé, qui rajoute un parfum d'authenticité tout en restant compréhensible.

Par sa densité, par l'intensité de ce qu'affrontent les personnages, par les interrogations qu'il soulève, La Horde du Contrevent est un livre qui m'a plus que plu. Il m'a marqué. Je l'ai tracé recta, sans décaler.