Woken Furies

Posté le 14.04.2013

Woken Furies, de Richard Morgan, est le troisième tome des aventures de Micky Serendipity Takeshi Kovacs (clin d'oeil à ceux qui ont lu). Le héros rentre au bercail, sa planète natale, Harlan's World. Il n'est pas tout seul. La première famille de l'oligarchie qui dirige la planète a cloné une copie plus jeune de Kovacs (ce qui est formellement interdit), avec pour mission d'éliminer son lui plus âgé.

Le Kovacs "original", lui, est lancé dans une vengeance sanglante contre un nouvel ordre religieux apparu sur son monde natal, mais il va se retrouver embarqué dans les frémissements d'un nouveau soulèvement populaire: Quellcrist Falconer serait, elle aussi, de retour, et la lutte pourrait reprendre.

J'ai bien aimé ce troisième tome, même s'il reste en dessous d'Altered Carbon, à mon avis. Clairement, l'effet de surprise lié à la découverte de l'univers transhumaniste imaginé par Morgan est passé et on ne s'en remet pas. Les reproches restent, par ailleurs, les mêmes: beaucoup de violence et de sexe, des "fuck" par containers entiers et une intrigue à tiroirs qui nous vaut trop de rebondissements finaux à mon goût. Mais il y a aussi tous les bons côtés, celui qui prédomine dans ce tome est le monde lui-même. On suit Kovacs sur la majorité du territoire de Harlan's World, et le monde a été bien pensé: société, géographie, coutumes locales, histoire, c'est fouillé et cohérent, y compris ce facteur bizarre des orbitaux martiens qui flinguent tout objet volant. Un très beau travail de ce côté-là, qui contribue pour une grand part au plaisir de la lecture.

J'ai aussi retrouvé avec plaisir les réflexions transhumanistes sur ce qui constitue la personnalité. Kovacs est incarné deux fois. Qui sont ces deux personnes? Quel est le vrai Kovacs? Un autre personnage a choisi de n'exister plus que virtuellement, mais en est-il moins une personne pour autant? Potentiellement, il pourrait encore être remis dans un corps.

Quelques bémols, un effet de surprise que l'on ne retrouve pas, mais une bonne lecture quand même.