The Scar

Posté le 02.08.2009

Les vacances m'ont permis de dévorer ce livre, dont la lecture n'avançait qu'à petits pas jusque là. Non pas que l'envie manquait. J'avais déjà apprécié l'auteur, China Miéville, en lisant Perdido Street Station. J'aime beaucoup son style, passablement littéraire, mais surtout l'univers qu'il a construit sur ce monde imaginaire de Bas-Lag, où se situe également The Scar.

En fait, Perdido Street Station ne donnait qu'un aperçu de ce monde: l'essentiel de l'action se passait dans la ville de New Crobuzon, avec quelques digressions sur le monde lui-même. Dans The Scar, non seulement on voyage pas mal, puisque l'action se situe dans une cité flottante, mais de nombreux endroits de Bas-Lag et leurs habitants sont évoqués. China Miéville ne se pose virtuellement pas de limites. Entre l'avanc, les anophelii, les grindylows ou encore l'empire Gosthead, pour n'en citer que quelques-uns, il y a un véritable florilège de créatures et de peuplades toutes plus originales les unes que les autres. Ma préférence va aux anophelii, peuple moustique, particulièrement frappant.

Que dire de l'histoire? En résumé, Bellis Coldwine, l'héroïne principale a fui New Crobuzon (à la suite des événements décrits dans Perdido Street Station, mais qu'il n'est pas nécessaire d'avoir lu pour apprécier The Scar). En route vers les colonies, son bateau est attaqué par des pirates et elle se retrouve sur Armada, cité pirate autant que flottante, constituée d'un nombre incalculable de bateaux attachés les uns aux autres, accumulés depuis des siècles, pour les plus anciens. Bellis souhaite ardamment s'échapper pour retrouver New Crobuzon, mais ce n'est pas une mince affaire que de s'enfuir d'une cité qui dérive au milieu des mers et dont les alentours sont gardés pour toute sorte de créatures marines.

Pour tenter l'impossible, elle va devoir se rapprocher des cercles du pouvoir et va se trouver ainsi mêlée à plusieurs intrigues, parfois à tiroirs, qui forment l'essentiel de la trame du livre. L'escalade des événements est assez impressionnante, à tel point que je me suis demandé, au milieu du livre, comment cela allait se terminer, vu ce qu'il se passait déjà à ce point-là.

Il se passe donc beaucoup de choses dans ce roman très riche et très imaginatif. J'ai pris un très grand pied à le lire. Le final est presque en queue de poisson, mais cela colle finalement bien avec l'histoire. Après tout, quand on se dirige vers la folie, il n'y a que deux solutions: on y plonge ou on s'arrête avant. Je ne vous dirai pas l'option choisie ;-). Mon seul regret est qu'un des autres personnages principaux soit resté un peu trop mystérieux et que ses motivations, cruciales pour l'histoire, n'aient pas été plus claires.