The Merchant Princes

Posté le 16.11.2016

The Merchant Princes est une série de six romans de Charles Stross (rééditée récemment en trois omnibus de deux tomes chacun). L'histoire commence de manière assez banale: Miriam Beckstein, journaliste s'occupant de technologie, tombe sur des startups qui semblent faire du blanchiment d'argent. Alors qu'elle pense faire éclater un juteux scandale, elle est virée séance tenante par le patron de sa boîte.

C'est l'occasion que choisit sa mère pour la mettre face à son héritage. En effet, Miriam est une enfant adoptée et sa mère adoptive a gardé quelques affaires de sa mère naturelle. Affaires qui vont entraîner Miriam dans un monde parallèle au nôtre, vivant à une époque moyenâgeuse. On y trouve certaines personnes capables de passer d'un monde à l'autre (le Clan). Ces dernières se sont enrichies de manière éhontée en pratiquant la contrebande avec une efficacité redoutable.

Cette affaire qui roule va soudainement partir en dans le décor avec pertes et fracas à l'occasion d'une suite de trahisons et de complots: on ne règne pas de manière aristocratique sans faire des laissés pour compte, assoiffés de vengeance. Trahisons, coups d'état, guerre civile, assassinats ne cessent de se succéder aux cours des chapitres, alors que le monde feutré du Clan se délite par soubresauts plus ou moins violents.

Charles Stross livre ici une saga palpitante. J'ai été happé tout au long des quelque 1700 pages de l'ensemble, alors même que certains aspects me repoussaient. En effet, l'histoire touche assez vite aux "black ops" du gouvernement américain, période Bush/Cheney. C'est sale et sombre, et franchement quelque chose que je préfère ne pas voir dans mes lectures, où je recherche plutôt une certaine légèreté. Malgré cet inconfort, j'ai dévoré la série et m'en trouve bien orphelin. Une très bonne lecture, qui vous mettra d'autant plus en joie si votre plaisir n'est pas gâché par une évocation trop réaliste des pratiques louches des Etats-Unis.