The Lies of Locke Lamora

Posté le 07.01.2008

Locke Lamora est un orphelin de la peste. Recueilli d'abord par le Maître Voleur, puis par un prêtre du Treizième Dieu, il va devenir un arnaqueur de premier ordre. Excellent acteur, beau parleur et bien éduqué, il va accumuler, avec l'aide de ses acolytes, une véritable fortune aux dépens des nobles de Camorr. Etant peu dépensière, cette petite bande qui se nomme elle-même les Gentlemen Bastards, se fait peu remarquer et a ainsi échappé jusque là à la justice (aidée également par le silence de leurs victimes, peu enjouées à l'idée d'avouer à leurs pairs s'être fait bernées). Cette tranquillité va prendre fin quand Locke Lamora et ses complices se trouvent pris à parti dans un conflit sanglant alimenté par une très vieille vengeance. Acteurs malgré eux, les Gentlemen Bastards vont y perdre bien des plumes.

The Lies of Locke Lamora, de Scott Lynch, est un roman médévial-fantastique, mais avec assez peu de fantastique au final, malgré un personnage de magicien assez important. L'histoire tourne surtout autour des personnes. Les arnaques de Locke Lamora sont détaillées par le menu et apparaissent ainsi très crédibles. Scott Lynch semble avoir étudié les méthodes des arnaqueurs. Certains passages du livre ressemblent à des explications sur ces méthodes, mais sans l'ennui d'un manuel :-). Elles sont même plutôt fascinantes. Pour le reste, les événements se font de plus en plus pressants et l'escalade est bien maintenue jusqu'à la fin du livre (alors qu'on a déjà l'impression d'avoir atteint des trucs énormes au milieu).

L'action se déroule dans un univers entièrement imaginaire, avec comme lieu principal la ville de Camorr. De nombreuses coutumes sont présentées, le livre nous entraîne à travers toute la ville et de petits interludes permettent d'en savoir plus sur le monde en général, sans que cela ne soit jamais pesant. Le style de Scott Lynch est très agréable et l'accumulation de coutumes et autres descriptions gastronomiques n'est pas sans rappeler Jack Vance.

Ce qui distingue aussi ce livre du médiéval-fantastique classique, c'est qu'il n'y a pas de véritables héros, ni de grands méchants. Locke Lamora est avant tout un voleur et il n'aspire à rien d'autre que de le rester. S'il apparaît comme un sauveur au final, c'est bien contre son gré et en payant le prix fort. Les autres personnages du livre sont tout aussi colorés: aucun n'est tout blanc ni tout noir. De même, le monde est loin des projections idéalisés courantes dans le médiéval-fantastique. Camorr est une ville sale aux conditions de vie difficiles. De nombreux personnes sont laissées pour compte et vivent dans une misère totale. Tout cela rend l'histoire et l'univers très crédible. Et ça fait même parfois réfléchir un peu...