The Hydrogen Sonata

Posté le 19.06.2016

The Hydrogen Sonata est un morceau de musique composé par T. C. Vilabier, pour un instrument encore à inventer. Qui, depuis, a été inventé, sous la forme de l'Antagonistic Undecagonstring, un instrument à onze cordes, notoirement difficile à maîtriser. The Hydrogen Sonata est aussi le dernier livre écrit par Iain Banks pour sa série de la Culture, pour cause de mort intempestive.

L'anecdote de la Hydrogen Sonata donne le ton du livre, nettement plus humoristique que ce à quoi Banks nous a habitué, avec des absurdités parfois dignes du Hitchhikers Guide to the Galaxy (comme le personnage aux cinquante-six pénis). Ce qui n'est pas pour dire que l'on rigole tout le temps, car Banks évoque quand même des thèmes profonds. En plus, certains des protagonistes de l'histoire en veulent vraiment et ne font pas dans la dentelle avec ce qui se trouve sur leur chemin.

Or donc, le livre nous raconte l'histoire des Gzilt, un peuple au moins aussi ancien que la Culture, qui a d'ailleurs hésité un temps à la rejoindre. Ils ont décidé de se Sublimer, cette étape ultime de l'évolution d'une civilisation, lors de laquelle cette dernière disparaît purement et simplement de l'univers connu, pour en rejoindre un autre, dans des dimensions supérieures, ou tout semble plus beau, pour ce que l'on en sait (c'est-à-dire presque rien). Un genre de paradis cosmologique (à noter qu'une des variantes de la théorie des cordes postule un univers à onze dimensions; cherchez la relation).

Les derniers jours des Gzilt s'avèrent tout sauf contemplatifs. Leurs anciens mentors, les Zhidren, sublimés depuis longtemps, leur envoie un message, comme un repentir de dernière minute, dont le contenu serait un aveu que le Book of Truth, l'équivalent de la Bible pour les Gzilt, ne serait qu'une vaste expérience sociologique des Zhidren. Et certaines personnes sont prêtes à tuer, même en masse, pour que cela ne se sache pas. Les Minds de la Culture, elles, veulent savoir. Elles sont incapables de résister à un secret.

I'm a fucking razor-arsed starship, you maniac! I'm not male, female or anything else except stupendously smart and right now turned to smite.
Le Mistake Not... à propos de lui même

Donc, oui, The Hydrogen Sonata, brasse des thèmes profonds, comme la nature des textes sacrés et leur impact sur la société, ou cette fameuse Sublimation, dont Banks n'avait jamais parlé autant en détail auparavant. Avec un personnage qui vit depuis dix mille ans, il s'intéresse également à ce que peut représenter une vie aussi longue, pourquoi ne pas mourir, quelle motivation peut animer une personne avec une longévité aussi exceptionnelle (même pour la Culture)? En même temps, le livre est farci d'humour, souvent sophistiqué et très second degré, comme on peut l'attendre d'un auteur britannique.

The Hydrogen Sonata est un excellent roman. A sa manière d'évoquer la Sublimation, il apporte une forme de fin à la série de la Culture, même si Banks avouait, avant sa mort, avoir encore plein d'idées.

Et maintenant que j'ai fait mon deuil de la série, je me suis aperçu, focalisé que j'étais sur ce dernier tome, que j'avais sauté l'avant dernier (Surface Detail). C'est cool d'avoir retrouvé un dernier biscuit au fond du paquet!