The Baroque Cycle

Posté le 12.02.2011

Le Cycle baroque est une trilogie de Neal Stephenson regroupant les volumes suivants: Quicksilver, The Confusion, The System of the World. La caractéristique première de cette série est indéniablement sa taille: au bas mot 2'600 pages, dont 900 écrites en petits caractères pour le troisième volume, loupe non fournie. C'est donc du lourd, et j'avoue que j'ai bien failli jeter l'éponge à plusieurs reprises, surtout dans certains passages du deuxième tome, un peu lent parfois. Qui plus est, c'est très littéraire et aborde des thèmes de façon très détaillée, notamment le fond historique. Je ne pense pas que cette série soit une lecture que l'on peut faire en continu, et j'ai lu bien d'autres livres au milieu. J'ai ainsi commencé cette lecture il y a 3 ans, et j'ai un peu l'impression d'avoir juste terminé un marathon littéraire.

"What if you ate it and then you got sick and threw up? When it came out, would it be Jesus's flesh and blood? Or would it detransubstantiate on the way out and become bread and wine again?"
Caroline von Ansbach (being naughty with a Jesuit father)

Il est très difficile de résumer une histoire aussi dense, surtout que je soupçonne certaines trames secondaires d'être juste des excuses pour explorer certains pans de l'Histoire. La série commence en 1713. Très rapidement, on part en flashback en 1666 (l'année du grand incendie de Londres), pour ne revenir en 1714 que dans le troisième tome. On suit essentiellement trois personnages: Daniel Waterhouse, membre de la Royal Society exilé dans le Massachusetts, qui est rappelé à Londres pour tenter de régler la dispute entre Newton et Leibniz quant à l'invention du calcul analytique. Jack Shaftoe, garçon des rues londoniennes devenu vagabond, aventurier, bandit de grand chemin et qui finira faux-monnayeur de retour à Londres, après avoir été pirate dans tous les océans du monde. Enfin, Eliza, courtisane au harem du sultan de Constantinople, qui va gravir petit à petit les échelons de la société pour finir comtesse de la Zeur et duchesse d'Arcachon-Qwghlm. Et je ne vous raconte même pas la quantité de personnages secondaires.

Je suis encore un peu hésitant quant au rapport plaisir/temps de lecture. Certes, j'ai globalement bien aimé et je ne regrette pas d'avoir tenu jusqu'au bout. Par contre, je ne suis pas près de me relancer dans un monstre pareil. Je me suis rendu compte que, jusqu'à quelques années auparavant, j'aurais été très fier d'avoir relevé un tel défi, j'étais même à l'affût des pavés. Sans doute l'équivalent littéraire du concours de la plus grosse bite, mais ça m'est passé. Heureusement que Neal Stephenson est un très bon auteur, avec un style agréable, parsemé d'humour grinçant, ce qui aide à faire passer la pilule parfois. Donc, bien, mais à réserver aux lecteurs acharnés ou aux férus d'Histoire.

Dernière précision: certains acteurs de cette fresque sont les ancêtres de quelques-uns des personnages principaux de Cryptonomicon (Waterhouse et Shaftoe).