Tell no one

Posté le 17.11.2006

Après avoir vu à la télévision la bande-annonce de Ne le dis à personne, j'avais eu assez envie de voir le film. Les critiques subséquentes m'en ont découragé, mais elle relevait que le livre dont s'inspirait le film était, par contre, excellent. Je suis donc allé voir chez ma soeur, collectionneuse compulsive de polars anglo-saxons, et j'y ai bel et bien trouvé le livre en VO, Tell no one, de Harlan Coben.

Autant le dire tout de suite, voilà un livre qui n'a pas fait long feu. J'ai été scotché dès les premières dizaines de pages. Un départ rapide, très prenant, mais avec quand même assez d'infos pour qu'on ne se sente pas largué non plus. Une belle performance de l'auteur.

Le héros de l'histoire est un pédiatre, qui a perdu sa femme il y a 8 ans, enlevée, puis massacrée par un tueur en série. Eperduement amoureux, il n'en a jamais vraiment fait son deuil et se plonge à corps perdu dans son travail pour tenter d'oublier. Or, le jour-même du 8ème anniversaire de la mort de sa femme, des mails commencent à arriver qui ne semblent avoir qu'une seule explication: sa femme serait vivante. Impossible. Enquête et plaies s'en retrouvent réouvertes.

Harlan Coben écrit dans un style efficace, tendu et pas qu'un peu cynique. Couplé à un bon scénario, bien tordu, avec rebondissements jusqu'à la dernière page (littéralement), voilà un livre que j'ai eu bien de la peine à poser. Nouvelle réjouissante: les critiques indiquent que ce livre n'est pas son meilleur... Miam, miam :-)