Questions à mon père

Posté le 10.01.2016

Voilà une lecture sur laquelle je suis tombé par hasard (appelons-le comme ça). Nous avons, en bas de notre immeuble, un banc dit "de l'abondance". Chacun est libre d'y placer, temporairement, des objets à donner. C'est un lieu d'échange qui fonctionne magnifiquement bien et c'est là que j'ai trouvé Questions à mon père, d'Eric Fottorino. Le résumé m'a accroché, moi qui n'ai pas eu une relation très simple avec mon propre père.

Eric Fottorino est né d'amours de jeunesse, ses deux parents étaient mineurs à l'époque. La famille de sa mère, catholique, était outrée de voir sa progéniture si jeune enceinte. Qui plus est d'un Juif. Le père de Fottorino fut ainsi rejeté, son fils, une fois né, placé chez une nourrice. Sa mère le récupéra deux ans plus tard, puis finit par se marier avec celui qui deviendra la père adoptif d'Eric et lui donnera son nom de Fottorino.

Pendant de nombreuses années, Fottorino va rejeter son père biologique (après l'avoir rencontré juste une fois pour voir sa tête), se sentant obliger de ne fréquenter que son père adoptif pour bien l'aimer. Puis voilà que ce dernier se suicide. C'est, pour l'auteur, le début d'un rapprochement avec son père biologique. Le début d'une course contre la montre aussi, car son père est malade. Il s'agit désormais pour l'auteur d'en apprendre le plus possible sur sa "vraie" famille paternelle.

J'ai été un peu dérouté par le style au début, puis je me suis laissé prendre. Fottorino se raconte avec honnêteté, car il n'est pas toujours fier du comportement qu'il a eu envers son père biologique. Il décrit aussi l'émerveillement de la découverte de cette famille dont il ignorait tout, mais qui, elle, le connaissait. Le lecteur suit cette exploration progressive, souvent touchante, pas toujours drôle (car le père a subi bien des humiliations en tant que Juif), cette quête impitoyable de deux hommes qui courent après le temps perdu.