Libre à jamais, de Marvano et Haldeman

Posté le 02.11.2009

Cette BD est une suite de La Guerre Eternelle, des mêmes auteurs, cette dernière étant elle-même une adaptation de La Guerre Eternelle, roman de Joe Haldeman. Le roman est un excellent livre. Haldeman a terminé ses études de physique au mauvais moment: juste à temps pour être envoyé au Viêt-Nam. Comme il se doit, il en reviendra profondément marqué et exorcisera (ou tentera de, en tout cas) l'absurdité de la guerre dans La Guerre Eternelle. L'adpatation en BD était tout aussi bonne que le roman.

Je ne sais pas d'où est venue l'idée de faire une suite, mais ce n'en était pas une bonne (d'idée; ni de suite, d'ailleurs). Tout tourne autour d'une poignée de vétérans de la Guerre Eternelle, dont le héros principal, Willam Mandella, et sa compagne, Marygay Potter. A cause des décalages temporels qu'ils ont accumulés lors de leur voyages à vitesse presques luminiques, ces vétérans sont encore relativement jeunes, alors que des centaines d'années se sont écoulées (si vous n'y comprenez rien, allez voir le paradoxe des jumeaux). Ils se trouvent ainsi en décalage total avec la société. On leur propose alors de se retirer sur une planète reculée et d'y finir leurs jours peinards.

Mais les vétérans, ça ne reste pas dans ses pantoufles. Mécontents de la société dans laquelle ils vivent, ils décident de repartir pour un tour de décalage temporel, histoire de voir à quoi ressemblera l'humanité dans plusieurs milliers d'années. A partir de là, soit dans le troisième tome (de la trilogie), ça part franchement en sucette. Le voyage avorte, l'humanité disparaît, une entité mystérieuse apparaît, l'humanité revient, et c'est fini. Le scénario part dans tous les sens et je n'y ai franchement rien compris. Le début étant somme toute assez banal et la fin franchement mauvaise, il ne reste pas grand-chose à tirer de cette série. Comme bien souvent, il faut se méfier des séquelles.