Neverwhere

Posté le 02.04.2016

Quoi de mieux qu'un petit séjour à Londres pour relire Neverwhere de Neil Gaiman? En effet, l'histoire se déroule dans la capitale britannique, ou plutôt en-dessous, dans le Londres d'En-Bas, celui où les fous sont juste ceux qui parlent avec les créatures que les humains "ordinaires" refusent de voir, où il y a bien la cour d'un comte à Earl's Court et des moines noirs à Blackfriars. Entre autres.

C'est dans ce monde parallèle que va tomber Richard Mayhew, l'anti-héros de l'histoire, lorsqu'il va secourir Porte, une jeune femme apparue de nulle part. Devenu invisible pour les Londoniens bien pensants, Richard se raccroche, bien malgré lui, à la quête de Porte, qui tente de découvrir qui a tué toute sa famille et pourquoi.

Ils sont accompagnés par le Marquis de Carabas, personnage hautement ambigu, qui semble bénéficier de faveurs auprès de tous ceux qui comptent dans le Londres d'En-Bas, et par Chasseur, femme redoutable, qui cherche à tuer toutes les bêtes mystiques qui vivent sous les grandes villes. Il n'y a rien de trop pour réussir à échapper aux tueurs extradimensionnels que sont M. Croup et M. Vandemar.

Neverwhere est un bouquin fort sympa, bien que cette relecture m'ait laissé beaucoup moins enthousiaste qu'à l'époque (soit il y vingt ans, au bas mot). Si j'ai clairement changé depuis, je pense que mon changement d'appréciation vient surtout du fait que j'ai lu beaucoup de fantaisie urbaine depuis, en particulier situées à Londres, qui étaient soit plus originales (comme Un Lun Dun) ou de bien plus grande ampleur (comme A Madness of Angels et ses suites). Une bonne lecture, donc, mais pas impérissable.