Majipoor Chronicles

Posté le 05.08.2016

Après Lord Valentine's Castle, j'ai donc continué la célèbre trilogie de Robert Silverberg. Dans ce tome, on retrouve Hissune, jeune garçon des rues de la cité du Labyrinthe, demeure du Pontifex, repéré par Valentin lors de la reconquête de son trône.

Hissune a grandi et commencé à travailler, un boulot rébarbatif de classement et d'établissement de statistiques. Il s'ennuie et lorgne sur le Registre des Âmes, une gigantesque collection d'enregistrements (volontaires) de personnalités, retraçant l'histoire de Majipoor sur des milliers d'années, regroupant autant les puissants de ce monde que de simples habitants.

Grâce à son habituelle roublardise, Hissune gagne accès au Registre et commence à explorer l'histoire de Majipoor, se faisant ainsi une éducation qu'il n'a jamais reçue.

Ce tome ne se présente donc pas comme une histoire suivie, mais bien plus comme un recueil de nouvelles. Silverberg nous fait sauter d'époque en époque, de continent en continent et à travers tous les degrés de l'échelle sociale. De Thesme and the Ghayrog, qui se déroule il y a des milliers d'années, alors que la cité de Narabal n'est encore qu'un village de pionniers perdu dans la jungle, jusqu'à Voriax and Valentine, presque avant-hier, souvenir de jeunesse de Lord Valentin avec son frère.

Je me souviens m'être ennuyé à l'époque, m'étant attendu à lire la suite des aventures de Lord Valentin. Avec cette relecture, je suis réconcilié. J'ai pris plaisir à cette exploration aussi bien à travers le temps que l'espace de l'histoire de Majipoor. Je ne peux pas dire que les histoires soient vraiment marquantes, mais ce tome remplit son contrat: un livre d'histoire au long duquel on ne s'ennuie pas.