Look to windward

Posté le 01.02.2012

Look to windward contient exactement tout ce qui m'a manqué dans Inversions: on y parle réellement de La Culture, on y trouve des civilisations extra-terrestres originales, l'intrigue est prenante et les sujets abordés font réfléchir. Que demande le peuple (ou en tout cas, le fan de base de Banks)?

Le thème central du livre est la guerre. L'ancienne, d'abord, celle entre les Idirans et La Culture, qui culmina par la destruction de deux systèmes solaires par La Culture. Huit cents plus tard, la lumière de ces novae va atteindre l'orbital de Masaq', dont le Mental (apparemment, c'est comme ça que se dit "Mind" en français) se prépare à commémorer cet acte de guerre d'une violence inouïe, auquel il a participé. La récente, c'est la guerre civile qui a déchiré la civilisation chelgrian, et dont La Culture porte la responsabilité, pour sa plus grande honte.

Again, the Culture was something of an exception, neither decently Subliming out of the way nor claiming its place with the other urbane sophisticates gathered reminiscing round the hearth of galactic wisdom, but instead behaving like an idealistic adolescent.

Dans ce livre, on parle donc de guerre, de responsabilités, et de vengeance aussi. De vengeance énorme autant qu'absurde. Mais on y parle aussi de la Culture elle-même et de civilisations extrêmement avancées en général. J'ai particulièrement aimé les réflexions sur les sociétés d'abondance, un thème que je trouve très pertinent et difficile à traiter en SF. Avec cette idée de la sublimation, propre à Banks.

Banks se distingue, encore une fois, par l'originalité dont il sait faire preuve. Il nous propose des civilisations étranges, la palme allant à ces poches d'air géantes qui dérivent dans l'univers, peuplées de continents flottants intelligents et de dirigeables vivants, géants, en symbiose avec une faune et une flore complète. Dépaysement garanti. Peu d'auteurs atteignent de niveau (je pense aussi à China Miéville), même si tout n'est pas toujours à la même hauteur (les Chelgrians, civilisation centrale de Look to windward, est beaucoup moins originale).

J'ai été complètement emballé par Look to windward. J'irais même jusqu'à dire que c'est le roman de La Culture le plus enthousiasmant que j'aie lu jusqu'à maintenant.