Les ramages de la douleur

Posté le 12.07.2006

Voilà encore un livre que j'ai acheté il y a fort longtemps (entre 12 et 15 ans selon la datation au carbone 14). Par la grâce de l'ordre alphabétique, il a été enfin lu. Ce qui me pousse d'ailleurs à une digression, car il semblerait que mon histoire d'ordre alphabétique n'ait pas été très claire. Quand j'ai trop de retard de lecture accumulé et que je n'arrive plus à me décider quant au prochain bouquin que je vais attaquer, je suis l'ordre alphabétique des auteurs, ordre dans lequel sont rangés les livres dans ma bibliothèque. Seuls les livres de science-fiction sont concernés par cette métode. Je pars donc de la lettre A, par exemple, cette fois-ci, ce fut un Asimov. Je lis un livre par lettre, donc je suis ensuite passé à la lettre B (ce fut Banks), puis rien à la lettre C, car tout était déjà lu, donc D, etc. Sauf que pour le prochain, j'ai craqué, au lieu de lire un Lovecraft, j'avais envie de lire une nouvelle d'Artemis Fowl, qui est écrite par un C :-).

Tout cela, donc, pour vous parler des Ramages de la Douleur, de Gary Kilworth, qui avait presque disparu sous la poussière. Il s'agit d'un recueil de nouvelles, dont le niveau, comme c'est classique dans ce genre de cas, est relativement inégal. Dans l'ensemble le ton est très sombre, comme le peut le laisser penser le titre de l'ouvrage, qui est celui de la dernière nouvelle. De nombreuses nouvelles explorent la douleur ou la folie, notamment celle du soldat qui monte la garde de nuit et qui sombre en pleine paranoïa (Rêves sumis d'une grenouille en papier) ou celle du prisonnier à long terme (Oubliette).

Quelques nouvelles sortent du lot: Sables en spirale explore de manière fort agréable le thème classique du chasseur qui poursuit une proie possiblement illusoire et qui finit par devenir la proie à son tour. En route pour le Golgotha! est un excellent paradoxe temporel sur la crucifixion de Jésus (et la seule nouvelle plutôt amusante du lot).

Une lecture agréable, mais pas renversante. Un auteur dont je ne chercherai probablement pas à explorer plus avant la bibliographie.