Les déportés du Cambrien

Posté le 17.10.2012

Les déportés du Cambrien est un roman de Robert Silverberg, qui date de 1967. Pour autant, il résonne assez fortement, en cette époque de crise économique sans fin et de lutte contre le terrorisme qui bafoue les libertés civiles chèrement acquises.

Les principaux protagonistes de cette histoire sont des révolutionnaires américains. Silverberg imagine un futur (pour lui), dans les années 1980, où une crise économique et gouvernementale mène à l'instauration d'un régime fascisant à la Maison Blanche. Les opposants politiques sont traqués comme il se doit (Silverberg se permet même une petite pique à un futur qui ne se passe pas comme prévu par un certain auteur en 1984).

On ne revoit jamais les opposants arrêtés. Et pour cause, ils ne sont pas mis en prison, mais renvoyés dans le passé de la Terre, il y a un milliard d'années. Dans le Cambrien. Aucune vie sur terre à cette époque, pas de végétation non plus. Juste des algues, des trilobites et autres ancêtres de poissons dans les océans. L'histoire se déroule en parallèle dans le Cambrien, où l'on suit la petite communauté d'exilés qui survivent tant bien que mal, succombant les uns après les autres à la folie, et dans l'époque "moderne", où l'on apprend, par flashbacks, l'historique du personnage principal.

Les déportés du Cambrien est un petit livre assez étonnant. Il se traîne un petit côté suranné, mais ses réflexions sont quand même intéressantes et valables. Il n'a pas si mal vieilli que ça. Entre le Cambrien et Guantanamo, il y a de quoi faire des rapprochements. Une bonne lecture, même si ce n'est pas le meilleur Silverberg que j'aie lu.