Le Paris des Merveilles

Posté le 08.10.2015

Alors que le Lecteur s'apprêtait à tourner une nouvelle page, une main ferme mais amicale se posa sur son épaule. Malgré la tentation, mieux valait s'arrêter ici et garder encore un peu du livre pour le lendemain. Toutefois, ce qui devait arriver, arriva, la dernière page fut tournée, le livre fut lu. Ses deux compagnons aussi, la trilogie ne fut bientôt plus qu'un souvenir. Fort plaisant, certes, mais néanmoins souvenir. Le Lecteur se sentait bien orphelin.

Tel est le charme du Paris des Merveilles de Pierre Pevel! Imaginez Paris en 1909, en pleines Années folles, avec des fées, des dragons, des gnomes, des magiciens, j'en passe et des meilleures. Des arbres lumineux sur les Champs-Elysées et une tour Eiffel en bois féérique, qui chante à la pleine lune. Et une lutte sans merci entre la Reine des Fées et sa soeur déchue, qui va entraîner bien des protagonistes dans la tourmente. Dont les deux héros du livre, la belle et rebelle Baronne Isabel de Saint-Gil et le suave magicien Louis Denizart Hippolyte Griffont.

Crimes, intrigues, trahisons, complots, duels et embrouilles sont au menu de ces trois tomes aux intrigues prenantes. Comme si cela ne suffisait pas, le style de Pierre Pevel est extrêmement agréable. Embrassant frontalement les clichés dont son oeuvre est pétrie, il nous livre des personnages truculents et parfaitement attachants, dont les échanges de piques font ricaner le lecteur plus qu'à l'occasion.

Le Paris des Merveilles touche à la perfection dans son genre. C'est une série qui devrait ravir tout un chacun. Il y a bien longtemps que je n'avais pas eu autant de plaisir à lire un livre. Pas un plaisir intellectuel, mais un plaisir de rencontre, un univers dont on est impatient de retrouver la chaleur, confortablement calé dans un fauteuil en cuir, près de la cheminée, un cigare à la bouche et un verre de cognac à la main. Ou dans un fauteuil en tissu et juste avec une tisane, pour les plus indigents.