En même temps, toute la terre et tout le ciel

Posté le 10.04.2015

En même temps, toute la terre et tout le ciel est un livre de Ruth Ozeki, écrivaine canado-américaine à moitié japonaise, réalisatrice et moine zen. Déjà tout un programme. Ce roman se découpe en deux trames entremêlées. Dans la première trame, l’écrivaine se met en scène, lorsqu’elle trouve un journal intime dans les déchets rejetés sur la plage de l’île où elle habite. La lecture de ce journal constitue la seconde trame, dans laquelle on découvre l’histoire d’une jeune Japonaise nommée Nao.

Nao a connu une enfance heureuse en Californie, alors que son père travaillait pour une startup informatique. Suite au crash de la bulle internet, la famille rentre au Japon et Nao se retrouve dans une école spéciale, car il lui manque des bases de japonais. En tant que “semi-étrangère”, elle devient vite la victime d’un harcèlement intense et particulièrement haineux. Son père tente de se suicider à répétition. Sa mère, quant à elle, essaie de prétendre jour après jour que tout va bien.

Ruth s’attache à cette étudiante japonaise inconnue. Elle essaye de retrouver ses traces sur internet, ou celles de son père. Elle imagine que le journal a pu être emporté avec les débris du tsunami consécutif au tremblement de terre de Fukushima. Elle nous fait également découvrir son quotidien sur l’île où elle habite, à travers des péripéties sans doute romancées, un quotidien dépaysant dans ce microcosme où tout le monde se connaît, où l’électricité est coupée à chaque tempête et où les loups inspirent encore une crainte fondée.

Outre la société japonaise (plutôt sous ses faces sombres) et la vie sur Cortes Island, le livre nous emmène encore à la découverte du zen (mêlé de physique quantique) ou dans l’histoire des kamikazes. Toute cette matière est très intéressante. L’alternance régulière entre l’histoire de Nao et celle de Ruth passe tout à fait bien et permet de maintenir le suspens sur l’éventuelle convergence des deux trames. De plus, Ozeki change de style de manière convaincante entre les deux narrations.

En même temps… m’a beaucoup plu. J’ai trouvé ce roman prenant, original et enrichissant. Les personnages sont attachants. L’histoire est bien menée, y compris les passages oniriques qui font parfois basculer le livre vers le fantastique. Le fait que j’ai un attachement avec le Japon n’est sans doute pas étranger à mon enthousiasme, néanmoins cela n’enlève rien aux qualités de ce livre. Je lirai certainement d’autres œuvres d’Ozeki.