Artemis Fowl

Posté le 07.08.2006

Artemis Fowl, d'Eoin Colfer, fait partie des nombreuses séries nées du succès de Harry Potter. En suivant la trace de l'apprenti sorcier, j'avais déjà découvert le trilogie Liraël, Sabriël et Abhörsen de Garth Nix, qui m'avait enthousiasmé. Malheureusement, Artemis Fowl n'atteint pas les mêmes sommets. Ceci dit, ce n'est pas mauvais non plus.

Artemis est un gamin de 12 ans, dernier héritier d'une famille de grands criminels. Son père a été éliminé par la mafia russe, qui n'a pas aimé qu'il vienne marcher sur ses plate-bandes. Artemis décide de renflouer la fortune de sa famille en volant l'or des fées, auxquelles personne ne croit plus, sauf lui.

Enfant surdoué, branché sur les nouvelles technologies, Artemis va trouver une fée dégénérée, qui va cracher le morceau contre une bouteille de tord-boyaux. S'ensuit alors une lutte entre les fées, qui veulent à tout prix protéger leur secret (pas juste leur or, mais leur existence en général) et Artemis, qui tente de poursuivre son plan, malgré quelques doutes existentiels (pas facile d'être un cerveau du crime à 12 ans).

La société fée imaginée par Eoin Colfer est amusante, pleine de détails assez marrants. Le personnage d'Artemis en lui-même est aussi intéressant. Et le fait que l'auteur part du principe que son public est jeune et branché et n'a donc pas besoin d'explications sur les termes technologiques est assez rafraîchissant. Autre aspect sympa, Artemis étant (ou aspirant à être) un grand criminel, on ne peut pas dire que le livre soit très politiquement correct, même si ça reste encore assez édulcoré. Pour moi, c'est au niveau du style que le bât blesse. Le livre s'adresse clairement à un public d'adolescent et l'humour vole parfois un peu bas. Le style est parfois lourd et maladroit et les clichés un peu trop présents.

En résumé, une lecture pas désagréable, je pourrais même m'imaginer lire d'autres tomes de la série, mais ce n'est de loin pas prioritaire sur ma liste de lecture. Il y a donc de forte chance que j'en reste là, même si je suis curieux de voir si le style s'améliore au fil de livres et quelle genre d'aventures peut vivre Artemis, maintenant qu'il a établi (frontalement) le contact avec les fées.