This changes everything

Posté le 19.11.2016

Sous-titré "Capitalism vs. the Climate", This changes everything de Naomi Klein est un travail journalistique remarquable sur le changement climatique et le rôle déterminant du capitalisme dans ce phénomène. A grands renforts d'exemples, largement documentés, Klein démontre la quête inlassable du capitalisme d'un enrichissement maximal, surtout par l'extraction sans borne des ressources naturelles. Et, encore plus particulièrement, l'extraction des ressources fossiles, dont la combustion, double peine, est en grande partie responsable de l'effet de serre.

L'argent faisant le pouvoir, avec le renfort du mythe que la croissance économique est la seule voie de salut, les gouvernements sont pétrifiés face aux menaces qui pèsent sur notre futur, incapables de prendre les décisions osées qui sont nécessaires à notre survie. Comble de malheur, certaines grandes ONG écologistes, comme le WWF, à force de jouer la carte de la collaboration avec les multinationales, y ont perdu leur âme et se sont compromises dans des projets de façade (greenwashing), voire pire, carrément néfastes (réserves de forêts, dont sont chassés les indigènes, par exemple).

Vers la fin de l'ouvrage, Klein enfonce encore le clou (dans le cercueil), avec l'observation que la fertilité de toutes les espèces (humains compris) est en baisse, une tendance d'autant plus dramatique qu'elle passe facilement inaperçu: une absence de naissances n'est pas une présence de cadavres ("a handful of nothing").

L'objectif de Klein n'est sans doute pas que tous ses lecteurs se tirent une balle dans la tête à la fin de l'ouvrage. Elle cite aussi de nombreux exemples de résistance, de victoires écologiques ou sociales et esquisse des pistes de transformation prometteuses, notamment la résistance des Nations Premières en Amérique du Nord, qui font valoir de vieux traités jamais respectés jusque là. Cela m'a toutefois peu remonté le moral.

Du coup, je m'interroge sur l'utilité réelle d'un tel livre, sur son public cible. Strictement parlant, c'est un travail remarquable, très bien documenté. En cela, This changes everything représente un ouvrage de référence très utile, surtout au vu de l'imposante section de notes bibliographiques (100 pages!). Au niveau de son impact, par contre, j'ai des doutes. Ceux qui sont déjà convaincus d'agir n'y trouveront que matière à plus d'urgence, voire risque de sombrer dans le désespoir. Quant à ceux qui sont dans le déni, peut-être cela fera-t-il bouger une partie d'entre eux, mais les autres camperont sur leurs positions.

Je ne devrais pas cracher dans la soupe, chaque contribution compte et Naomi Klein, grande journaliste, livre une pierre à l'édifice avec ses compétences. Toutefois, je préfère voir un film comme Demain, qui donne vraiment la patate. J'ai eu de la peine à venir au bout de ce livre, pas tant à cause de sa taille qu'à cause de son ambiance désespérée. J'ai eu besoin de faire des pauses et m'y suis repris à plusieurs fois.