Universal War 1

Posté le 18.08.2006

Wow!

Bon, d'accord, un peu plus de détails. Universal War 1 est une bande dessinée de science-fiction, oeuvre d'un seul homme (scénario, dessin, encrage), Denis Bajram. La tendance est clairement hard science, le scénario s'appuyant massivement sur la théorie de la relativité et autres exotismes cosmologiques. Il y a de nombreuses explications sur ces différents phénomènes, qui me paraissent bien faites, même si je ne suis pas le meilleur, puisque je connais bien le domaine. La série est composée de 6 tomes, tous parus.

L'histoire se passe en 2098. Le système solaire a été colonisé, mais des dissensions entre la Terre et ses colonies ont mené à un état de guerre. La Terre possède un avantage militaire énorme, mais les colonies ont dégainé une arme secrète: un mur qui fait penser à un trou noir et qui a découpé Uranus tel un fil à couper le beurre. Les Terriens sont donc relativement nerveux.

Afin d'essayer de comprendre la nature du mur, la troisième flotte envoie au casse-pipe une bande de têtes brûlées, l'escadrille Purgatory. Elle a été assemblée par la fille de l'amiral, désireuse (je simplifie) de donner une seconde chance à des militaires passés en cour martiale. Certains ont échappé ainsi à la peine capitale. Autant ils sont désireux de se racheter une bonne conduite, autant ils ont de la peine à perdre les mauvaises habitudes qui les ont menés à la cour martiale en premier lieu.

Parmi les membres de l'escadrillee, se trouve Ed Kalish, un brillant physicien, qui fit partie de l'équipe scientifique de la troisième flotte avant de fauter. Or, il semble être le seul à comprendre à peu près ce qu'il se passe. Il va finir par gagner sa réintégration et celle de ses camarades, qui avaient accumulés encore quelques conneries entre deux. Et petit à petit, il va comprendre ce qu'il se passe et d'où vient l'incroyable arme secrète des colonies.

Le scénario est passablement tordu, avec plein de voyages dans le temps dûs à différents effets (pseudo-)relativistes. La physique est parfois tirée par les cheveux (quand le scalp n'est pas complètement arraché :-)), mais tout se tient de manière très impressionnante. D'ailleurs, à la fin du tome 6, Bajram a reproduit le diagramme qui lui a évité de perdre les pédales de son histoire.

Universal War 1 est une excellente bande dessinée. Un bon scénario (même s'il prend parfois un peu la tête), des personnages intéressants, de très beaux dessins, de la bonne science-fiction. La fin fait un peu pirouette, mais elle suit une certaine logique et s'intègre donc très bien dans l'histoire. Si vous aimez la SF et que la hard science ne vous déroute pas, foncez dans le tas!