Transperceneige

Posté le 30.01.2014

Une guerre, une arme météorologique, la Terre plongée dans un hiver sans fin ni limites, ce n'est pas La Compagnie des Glaces, mais le décor du Transperceneige, série de bande dessinée en trois tomes, récemment rééditée en intégrale. Le Transperceneige, c'est un train immense, dernier refuge de l'humanité, qui parcourt la planète sans s'arrêter.

Le monde s'y retrouve en miniature. Elite dirigeante vers la tête, avec ses wagons de production de nourriture, classes moyennes et travailleuses au milieu, masses défavorisées en queue du train (les "queutards"), dans des wagons de marchandises raccrochés à la hâte. Le système se maintient par la répression, la crainte religieuse et les jeux idiots.

Le tome 1 raconte l'histoire de Proloff, un queutard qui parvient à remonter jusque vers le milieu du train avant d'être arrêté par la milice. Son histoire intéresse le commandement qui le fait venir, sous escorte, vers l'avant du train. C'est l'occasion de découvrir comment le train subsiste, grâce à différents wagons où est produite de la nourriture, et, surtout, dans quel luxe vit l'élite. Proloff finit ainsi par découvrir tous les secrets du Transperceneige. Loin de mener la révolution, il est coopté par le système, qui peut ainsi continuer à tourner en boucle.

Les tomes 2 et 3 sont une reprise tardive, avec un autre scénariste aux commandes. Je ne sais pas s'ils étaient prévus dès le départ. Le fait est que le premier tome se suffit à lui-même. Dans cette reprise, on découvre un second train perce-neige surgit de nulle part, plus grand, plus puissant, parti soi-disant à la recherche du premier Transperceneige.

Ici, le protagoniste principal est un arpenteur. De temps en temps, le train s'arrête et les arpenteurs sortent explorer les vestiges, à la recherche d'information. C'est un travail risqué, beaucoup d'arpenteurs y laissent leur peau. Tout comme Proloff, Puig va se retrouver pris parmi l'élite et plongé dans ses diverses machinations. Il va tenter d'influencer le cours des choses, pour un résultat encore pire que le status quo, ce qui donne, surtout au tome 3, un ton résolument désespéré.

Le premier tome du Transperceneige est une assez bonne BD, notamment par son côté critique sociale. Les deux tomes suivants sont beaucoup moins convaincants. Tout d'abord car ce second train n'a aucune origine logique et aucune explication n'est fournie au lecteur. De plus, j'ai trouvé la seconde histoire trop semblable à la première. On se demande pourquoi la série a été prolongée.

Je suis curieux de voir ce que donne le film.