Tony Chu, détective cannibale

Posté le 30.10.2015

Tony Chu est cibopathe. Cela signifie que, lorsqu'il mord dans de la nourriture, il est capable de voir son origine et ce qui lui est arrivé, son processus de transformation, par exemple. Ca marche aussi avec les cadavres. Tony Chu est flic.

Voilà pour la mise en bouche (hu, hu!). Tony Chu, détective cannibale (ou simplement Chew, en anglais) est une bande dessiné de John Layman et Rob Guillory qui manipule allègrement le délire et l'humour noir.

On s'en doute, tout y tourne autour de la nourriture. Dans un futur que l'on devine proche, une (nouvelle) épidémie de grippe aviaire a mené le gouvernement des Etats-Unis d'Amérique à interdire purement et simplement la consommation de poulet. Le marché noir a suivi avec enthousiasme et la Food and Drug Administration est devenu encore plus importante, le bras armé du gouvernement luttant contre la volaille de contrebande.

La copine de Chu, elle, est saboscrivneuse: les gens peuvent sentir le goût précis des plats qu'elle décrit. Elle est journaliste gastronomique. L'ancien coéquipier de Chu, lui aussi cibopathe, est persuadé que le gouvernement américain cache quelque chose et que l'interdiction du poulet fait partie d'un vaste complot. Et que veut dire ce message extraterrestre apparu soudainement dans le ciel? Que va-t-il advenir au final de Poyo, coq de combat transformé en machine à tuer par la CIA?

Vous l'aurez compris, Tony Chu n'est pas une BD à prendre au sérieux. C'est un gros délire, bien décalé et tout à fait amusant. Dans le genre, elle n'atteint pas l'excellence de Freak's Squeele, mais elle permet de passer un bon petit moment. Et de s'interroger sur ce qu'ont bien pu fumer ses auteurs. Du poulet, peut-être.