The Red Star

Posté le 19.05.2013

The Red Star est un comic américain sur un thème russe réalisé avec des moyens graphiques inhabituels, tels que de la 3D. On peut donc parler d'OVNI. Et de fort belle machine!

Le thème est une réécriture alternative de l'histoire russe, dans un monde qui ressemble au nôtre, mais où la magie existe. La Révolution bolchevique a bien eu lieu, le tsar a été renversé, mais point de Lénine à l'horizon. Le héros de la révolution s'appelle Imbohl, sorcier de grande puissance ayant reçu le soutien de la déesse de la vérité, Pravda. Cent ans après, le pouvoir du peuple n'est plus qu'une illusion, une élite corrompue dirige le pays et l'Union des Républiques de l'Etoile Rouge (Union of Republics of the Red Star, ou URRS, en anglais) a éclaté en une vague union de républiques après une défaite militaire majeure en Al'Istaan. Toute ressemblance avec la réalité n'est aucunement fortuite. Après la débâcle d'Al'Istaan, on a droit au bourbier de la guerre séparatiste de Nokgorka, miroir de la Tchétchénie.

A cela s'ajoute donc la magie, alliée à une technologie avancée (à légère tendance sovtech, en tout cas dans le design). Les sorciers de l'URRS lancent des sorts hautement codifiés appelés des protocoles. Leurs effets sont variés, mais généralement puissants. Les sorciers sont utilisés, entre autres, comme canons vivants, transformant leur corps en énergie pure le temps d'une décharge, puis se rematérialisant. Toutefois, comme les héros de l'histoire vont le découvrir, cette magie à un prix, élevé et douloureux. Cette découverte va les faire se révolter à leur tour.

The Red Star est une bande dessinée remarquable, pour plusieurs raisons. La première est bien sûr le graphisme. Les dessins sont superbes. L'apport de techniques issues du cinéma tels les modèles 3D est indéniable. On obtient des profondeurs de champs rares. De plus, le découpage s'affranchit la plupart du temps des cases. On a souvent droit à un dessin principal remplissant une double page, sur lequel se greffe des détails ou des évolutions de la scène principale.

La trame est également originale avec cette histoire russe alternative, qui se double, comme le décrit l'auteur, d'une critique de notre monde actuelle et surtout de l'unique super-puissance encore en jeu après la guerre froide, tout comme de l'oligarchie commerciale régnante. Un petit bémol par rapport aux personnages, que je trouve trop archétypiques.

Ma grosse frustration est que l'histoire n'est pas finie et que la publication n'avance pas vite. Le quatrième tome date déjà de 2009, qui sait quand nous pourrons découvrir la suite. J'ai aussi trouvé que la narration, aussi bien que le dessin faiblissaient dans ce dernier tome.

Quoiqu'il en soit, The Red Star mérite largement le détour. C'est une belle découverte et un objet remarquable dans la paysage du comic américain.