Née quelque part, de Johanna

Posté le 09.04.2010

Née quelque part est un excellent exemple de l'intérêt que représente pour moi la Bibliothèque Municipale. Jamais je n'aurais acheté cette BD, sauf sur chaudes recommendations de quelqu'un d'autre. En fait, je ne l'aurais probablement même pas remarquée dans les rayonnages. En l'occurrence, je l'ai vue dans le bac des nouveautés de la bibliothèque, le dessin m'a plu et l'histoire avait des connotations asiatiques, je l'ai donc embarquée.

L'histoire est celle d'une certaine Nadja, Européenne née en Corée du Sud. Ses parents ont quitté le pays quand elle avait 3 ans, mais elle s'est considérée comme coréenne pendant longtemps et décide de retourner dans le pays une fois adulte (mais non, ça ne rappelle pas du tout Amélie Nothomb, bande de mauvaises langues).

Au terme de son périple, Nadja n'aura pas appris grand-chose, si ce n'est qu'elle n'est vraiment par coréenne et qu'elle doit faire le deuil de toute cette histoire. Cette BD pèche par plusieurs aspects, le principal étant le manque de profondeur de l'histoire. L'héroïne ne fait qu'errer de lieu en lieu, sans apprendre réellement quoique ce soit. Fugitivement, un secret de famille est annoncé, mais on n'en saura jamais la teneur. C'est donc bien plat. J'ai aussi trouvé frustrant de ne pas savoir s'il s'agissait d'une autobiographie ou pas. Ce n'est pas une information essentielle, mais le fait que ce soit une autobiographie pour relever un peu la platitude de l'histoire (et je comprendrai alors l'envie de ne pas en révéler trop, si ce n'est qu'il fallait alors peut-être éviter de se lancer dans une autobiographie en premier lieu). S'il ne s'agit que d'un personnage imaginaire, il n'y a pratiquement plus aucun intérêt, car on a connu des fictions bien plus prenantes.

Reste de jolis dessins et un petit bout de voyage en Corée, qui est plaisant.