Freaks' Squeele

Posté le 07.08.2014

Freaks' Squeele est un manga d'origine française né de l'esprit d'un fou furieux prénommé Florent Maudoux. Dans un monde où les super-héros sont monnaie courante, ces derniers se doivent d'avoir une excellente formation. Avoir des super pouvoirs ne suffit pas. Il existe ainsi des universités, où les aspirants héros développent non seulement leurs compétences de justicier, mais apprennent également le marketing, la stratégie et le stylisme. Etre un héros est autant une affaire de coups d'éclats que de communication. Voire surtout de com.

A Paris, où se passe l'action, deux écoles sont en concurrence directe: Saint-Ange, prestigieuse, raide comme la justice, et la Faculté d'Etude Académique des Héros (FEAH). Les protagonistes principaux de l'histoire sont des étudiants de cette dernière, un trio composé de Chance, démonette pas si écervelée que ça, Xiong Mao, Chinoise mystérieuse (comme il se doit), forgeronne d'exception, et Ombre de Loup, loup-garou émissaire du Conseil de la Forêt.

Leurs péripéties scolaires ne peuvent que faire penser à Harry Potter (rentré en collision frontale avec In Nomine Satanis/MagnaVeritas). Ils sont bourrés de talents, mais pas forcément les bons, et leur parcours scolaire tient souvent du rattrapage par le fond de la (petite) culotte. Les complots divers du directeur de l'école n'aident pas beaucoup. Aucun coup fourré n'est assez bas pour lui du moment que la visibilité de son école augmente, même si cela se fait aux dépens de ses élèves. Et comme le directeur de Saint-Ange a aussi ses objectifs secrets, les occasions de rencontres électriques ne manquent pas.

Freaks' Squeele est un tour de force remarquable: les personnages sont tous des clichés et leurs aventures tout autant, quand elles ne relèvent pas du pur délire (comme le concours d'arrachage de linge de bain à la piscine qui compte comme épreuve dans le cursus scolaire, ou le travail pratique du domination du monde avec armée de bonshommes en pain d'épice à clé (qui disent "Ni"!)). Sans parler des mises en abyme. Malgré cela, les héros sont crédibles, l'histoire est prenante. On est tour à tour aspiré, touché, hilare, une vraie prouesse.

Six tomes sont parus, un septième et dernier devrait bientôt venir conclure l'histoire. Je me réjouis de découvrir le grand final, même si le sixième tome apporte déjà son lot de réponses et pourrait faire une conclusion tout à fait satisfaisante. Mention spéciale au cinquième tome (Nanorigines), avec son passage presque onirique lorsque nos héros ont perdu leur mémoire, une rupture narrative extrêmement bien menée.

Freaks' Squeele, c'est vraiment de la grosse balle. Bouffez-en.