Death Note

Posté le 19.08.2012

Death Note est un manga qui se déroule sur 108 épisodes, pour presque 2'500 pages de lecture. Ca ne vaut pas les plus longs mangas de la création, mais ça fait quand même pas mal de steak à s'enfiler. Dans l'ensemble, c'est prenant et ça se mange sans faim. Avec quelques longueurs.

Dans Death Note, la mort est gérée par des dieux de la mort. Chacun possède un cahier, dans lequel il écrit le nom et la nature de la mort des humains qui sont censés mourir à un moment donné. Il peut arriver qu'un tel cahier tombe sur terre, par la faute d'un dieu et pour d'autres raisons, par exemple parce que le dieu s'ennuie et veut s'amuser un peu.

Ainsi fait Ryūk. Son cahier est trouvé par un étudiant japonais, Light Yagami, qui va se mettre en tête de créer un monde meilleur en tuant tous les criminels. Evidemment, toutes ces morts subites vont vite se remarquer et les polices du monde entier vont se mettre sur le coup pour essayer d'élucider le mystère. Elles sont épaulées par L, étudiant surdoué, passionné par les enquêtes de police. Très vite, l'histoire devient celle de l'affrontement de deux intelligences supérieures: Light qui essaye d'abuser L, et L qui tente de démasque Light, dont il est convaincu qu'il est l'auteurs des crimes. Les deux vont redoubler de plans tordus.

L'affrontement intellectuel de ces deux personnages (et de quelques autres plus tard dans la série) est tout à fait passionnant, même si l'on overdose parfois sur le thème de "je sais que tu sais que je sais que tu sais…". Le manga ne cherche pas à explorer les questions de justice. Le thème est présent, bien sûr, et parfois débattu par les protagonistes, mais ce n'est pas central. Les auteurs voulaient se concentrer sur la titanesque partie de gendarmes et voleurs entre L et Light. Tout cela est donc très bien fait, avec des surprises de-ci, de-là, qui relancent l'intérêt. Sur une telle longueur, on n'évite pas les passages à vide. Sur l'ensemble, c'est un bon manga.

A noter encore l'existence d'un treizième tome qui contient des interviews et notes des auteurs, ainsi qu'un certain nombre de bonus gadgetoïdes. Le public cible est visiblement adolescent. Ca manque pas mal d'intérêt.